Royaume-Uni: les PME frappées de plein fouet par la crise du coronavirus

·1 min de lecture

Au Royaume-Uni, pays d’Europe le plus touché par la pandémie de coronavirus, quelque 250 000 entreprises risquent de mettre la clé sous la porte, si rien n’est fait pour les tirer d’affaires, alors qu'elles pourraient être viables, alerte the Federation of Small Businesses, la Fédération des petites entreprises.

Ces petites et moyennes entreprises britanniques ont dû fermer ou réduire leur activité à cause du confinement. Elles manquent de trésorerie et ont besoin de facilités de dette et de « bons de transition », explique la Fédération pour s’adapter aux nouvelles contraintes du Brexit.

Près d'un quart de ces PME ont réduit leurs effectifs au cours du dernier trimestre, contre 13% au début de l'année passée. 14% d’entre elles disent qu'elles devront licencier du personnel dans les trois mois à venir.

Par ailleurs, sur les quelque 6 millions de PME et leurs 17 millions d’employés, au Royaume-Uni, près de 60%, un record, avaient revu leur rentabilité à la baisse ce trimestre. C’était avant le confinement. La situation est donc plus critique encore aujourd’hui.

Certes le gouvernement britannique a aidé les petits commerces, les restaurants et les entreprises du secteur des loisirs, lors du premier confinement. Mais ce « début exceptionnellement bon », reconnait Mike Cherry, président de la FSB, n’est plus d’actualité aujourd’hui. Il appelle à ce que ces aides soient reconduites et pas seulement pour les entreprises de ces trois secteurs.

À lire aussi : Covid-19: au Royaume-Uni, 75% des pubs et restaurants pourraient disparaître d’ici 2021