Royaume-Uni : la nouvelle Première ministre, Liz Truss, invitée à démissionner par 51% des Britanniques

© Stefan Rousseau/Pool via REUTERS/File Photo

Moins d'un mois après son entrée en fonction, et une semaine après la présentation de mesures fiscales controversées, Liz Truss fait l'objet d'un sondage révélateur.

Selon un sondage, publié vendredi par YouGov, 51% des Britanniques estiment que la remplaçante de Boris Johnson devrait démissionner. Du côté des électeurs conservateurs, bord politique dont la Première ministre est issue, 36% d'entre eux partagent cette opinion. Celle qui a gagné la course à Downing Street, en battant son rival Rishi Sunak, a promis des réductions d'impôts immédiates et a mis l'accent sur la croissance économique du pays durant toute sa campagne, allant à l'encontre des économistes qui prédisaient la récession de la Grande-Bretagne. Quelques jours après sa victoire, l'annonce d'un paquet de réformes économiques, profitant majoritairement aux plus riches, a fait s’effondrer sa cote de popularité.

Stupeur du secteur économique britannique

Dévoilé par le nouveau chancelier de l'Échiquier, Kwasi Kwarteng, ce plan de réduction des impôts, comprenant la suppression du taux supérieur de l'impôt sur le revenu et le plafonnage des bonus des banquiers, a causé une onde de choc. Les marchés financiers se sont immédiatement agités et la livre est tombée à son niveau le plus bas depuis vingt ans par rapport au dollar. Quelques jours plus tard, la Banque d'Angleterre a été contrainte d'intervenir en urgence pour stabiliser la situation, par crainte d'un effondrement des fonds de pension britanniques. Des politiciens de l'opposition, des analystes indépendants et même certains législateurs conservateurs ont dénoncé ces mesures comme étant imprudentes et contre-productive...

Lire la suite sur Le JDD

VIDÉO - Royaume-Uni : malgré les turbulences financières, Liz Truss assume ses choix "controversés"