Royaume-Uni : le nouvel Erasmus ne fait pas l’unanimité

Par LePoint.fr
·1 min de lecture
Au Royaume-Uni, le programme Erasmus rapportait plus de 243 millions de livres sterling chaque année.
Au Royaume-Uni, le programme Erasmus rapportait plus de 243 millions de livres sterling chaque année.

En décembre dernier, le gouvernement britannique, mené par Boris Johnson, annonçait renoncer au programme d'échanges Erasmus. Celui-ci a été remplacé par le programme Alan Turing, mis en place depuis le 12 mars. Pourtant, la polémique enfle : moins généreux avec les étudiants britanniques qui partiront étudier à l'étranger, il ne prévoit également aucune aide pour les étudiants européens inscrits dans une université britannique.

« Le nouveau programme Erasmus ne couvrira ni les frais de scolarité, ni les frais de voyage, ni les frais de subsistance », explique le quotidien The Independent, après la publication, par le ministère de l'Éducation, d'un guide destiné aux universités. Le Premier ministre britannique avait pourtant prédit un « nivellement par le haut » grâce à ce programme doté de plus de 100 millions de livres, l'équivalent de plus de 120 millions d'euros.

De nombreux médias britanniques se sont emparés de l'affaire, notamment The Herald, à Glasgow. Selon Max Fras, chercheur à la London School of Economics, interrogé par le quotidien, « la prise en charge des frais de subsistance sera nettement inférieure avec le programme Alan Turing : 490 livres [570 euros] contre 630 livres [736 euros] avec Erasmus. En outre, les frais de scolarité ne seront pas couverts alors qu'avec Erasmus les cours sont gratuits. » Le chercheur évoque également les aides aux frais de voyage, désormais réservées aux étudiants issus de milieux défavorisés.

Un projet ambitieux [...] Lire la suite