Royaume-Uni: Miss Potkin, la mère de famille qui raconte sa grève des tâches ménagères

Hugues Garnier
·2 min de lecture
Photo d'illustration - John C Bullas BSc MSc PhD MCIHT MIAT - Flickr - CC
Photo d'illustration - John C Bullas BSc MSc PhD MCIHT MIAT - Flickr - CC

Un quotidien qu'elle ne supportait plus. Une jeune mère de famille britannique qui se surnomme Miss Potkin sur son compte Twitter s'est amusée à documenter ce qui s'apparente à une grève des tâches ménagères.

Une décision prise la semaine dernière afin de voir comment la maison était entretenue par son compagnon et ses enfants. Deux jours après, l'expérience portait déjà ses fruits, en témoigne l'amas de vaisselle qui débordait sur le plan de travail de la cuisine.

"Cette pile est apparue, à un moment donné ils vont tomber à court de cuillères, de bols et d'assiettes", écrit la trentenaire britannique à ses 22.000 abonnés Twitter.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

"Qui craquera en premier? Pas moi!"

Un tweet devenu depuis viral, notamment outre-Manche, qui a récolté à ce jour plus de 191.000 likes et 34.000 partages. Mais l'histoire - et la grève - ne s'arrêtent pas là: le linge s'entasse un peu partout dans la maison, les flacons vides de gels douche et de shampooing ne sont pas remplacés - tout comme le papier toilette qui manque à l'appel - une saucisse carbonisée reste même dans une poêle sans aucune explication.

"Qui craquera en premier? Pas moi!", assure Miss Potkin.

C'est alors qu'un miracle se produit au quatrième jour de grève: les bols, cuillères et assiettes sont disposés dans le lave-vaisselle, sans que ce dernier ne soit lancé. Puis le linge est lavé et rangé, le papier-toilette acheté et les ordures ménagères jetées.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Une mère de famille épuisée

"Nous gardons nos maisons propres par amour. Nous cuisinons, mettons le couvert et faisons le linge par amour. L'amour est patient mais parfois l'amour est vraiment fatigué parce qu'il travaille 14 heures par jour!", écrit la mère de famille.

En France, une étude publiée fin 2019 par la Fondation Jean Jaurès faisait encore état des profondes inégalités femmes-hommes concernant les tâches ménagères: 73% des femmes en font plus que leur conjoint. Une différence de taille qui ne semble pas avoir évolué avec la crise du coronavirus.

"Vous allez avoir de bons comme de mauvais jours, et beaucoup de jours pourris, mais personne n'aime être pris pour acquis et spécialement par celles et ceux qu'on aime le plus. Point final", conclut Miss Potkin. À bon entendeur.

Article original publié sur BFMTV.com