Royaume-Uni : la menace de la « taxe chewing-gum »

Par LePoint.fr
·1 min de lecture
À en croire le « Sunday Times », il y aurait 300 000 chewing-gums recensés sur Oxford Street, l’une des principales rues de Londres. (Photo d'illustration)
À en croire le « Sunday Times », il y aurait 300 000 chewing-gums recensés sur Oxford Street, l’une des principales rues de Londres. (Photo d'illustration)

Boris Johnson a la dent dure contre les chewing-gums. En 2010, alors qu'il n'était « que » maire de Londres, l'actuel Premier ministre britannique pointait du doigt ce « fléau monstrueux » qui jonchait les rues de la capitale dans une tribune publiée dans le Telegraph. « Les détritus de chewing-gums jettent une tâche disgracieuse sur notre belle ville et la gratter de nos rues est également une grande ponction sur l'argent des contribuables », avait-il renchéri dans des propos repris par la BBC.

« BoJo » a de la suite dans les idées : un peu plus de dix ans plus tard, il compterait bien faire payer les fabricants de chewing-gums pour se débarrasser de cette « acné monstrueuse de taches grises collantes », assure le Sunday Times. Le Premier ministre souhaiterait lever 100 millions de livres, soit environ 117 millions d'euros, pour nettoyer tous les trottoirs du pays. Pour cela, il aimerait que les fabricants de chewing-gums (aucun nom n'est précisé) passent à la caisse. Pour les « convaincre », la menace de la création d'une nouvelle « taxe chewing-gum » serait brandie.

300 000 chewing-gums sur Oxford Street

« Il y a des pourparlers pour voir s'ils paieront volontairement, mais les responsables examinent déjà comment imposer un impôt. Nous voulons des rues plus propres afin de pouvoir faire une différence significative dans les communautés », explique une source gouvernementale au journal britannique. Cette nouvelle taxe s'inscrirait dans le cadre de la tentat [...] Lire la suite