Royaume-Uni : Liz Truss refuse de dire si Emmanuel Macron est un « ami ou ennemi » ; il lui répond

© REUTERS/John Sibley

Les relations entre le Royaume-Uni et la France pourraient-elles s’assombrir si Liz Truss  venait à obtenir le poste de Première ministre britannique ? L’actuelle cheffe de la diplomatie du Royaume-Uni, candidate dans la course à Downing Street , a en tout cas refusé de se prononcer sur une question posée jeudi lors d'une réunion électorale du parti conservateur à Norwich, dans le sud-est du Royaume-Uni : Emmanuel Macron est-il un « ami ou ennemi » ? Liz Truss a en effet répondu : « Si je deviens Première ministre, je le jugerai sur ses actes et pas sur ses mots. » 

Lire aussi - Royaume-Uni : ce que proposent Liz Truss et Rishi Sunak, les deux candidats à la succession de Boris Johnson

« Le Royaume-Uni est ami de la France »

De quoi faire réagir Emmanuel Macron, en visite officielle en Algérie : « Si on n'est pas capable, entre Français et Britanniques, de dire si on est ami ou ennemi, le terme n'est pas neutre, on va vers de sérieux problèmes », a-t-il lâché, comme le relaie l’AFP ce vendredi, lors d’une conférence de presse à l’issue d’une visite au cimetière Saint-Eugène dans la banlieue d’Alger. Le chef de l’État a estimé qu’il n’est « jamais bon de trop perdre ses repères dans la vie ». En retour, si on lui posait la question, il ne s’interrogerait « pas une seule seconde » : « Le Royaume-Uni est ami de la France. »

Lire aussi - « Bring Back Boris » : des conservateurs font circuler une pétition pour le retour de Boris Johnson

Le locataire de l’Élysée a insisté : « L...


Lire la suite sur LeJDD