Royaume-Uni: enquête ouverte contre des mercenaires soupçonnés de crimes de guerre au Sri Lanka

·1 min de lecture

Scotland Yard a annoncé l’ouverture d’une enquête sur des crimes de guerre présumés commis par des mercenaires britanniques durant la guerre civile au Sri Lanka dans les années 80. Dans la ligne de mire de la police londonienne : une société de sécurité privée, Keenie Meenie Services, fondée par d’anciens membres des SAS, les forces spéciales de l’armée britannique.

Avec notre correspondante à Londres, Muriel Delcroix

Keenie Meenie Services est une société aujourd’hui disparue qui a formé dans les années 80 une unité d’élite de la police sri-lankaise engagée dans des combats contre les séparatistes de la minorité tamoule. Or cette unité de police a été accusée de nombreuses exécutions sommaires de rebelles des Tigres tamouls et d’assassinats de civils tamouls.

L'enquête fait suite à la publication en janvier du livre d'un journaliste d'investigation britannique, Phil Miller, consacré aux activités de KMS au Sri Lanka. L’auteur dénonce l’impunité de ces mercenaires après avoir obtenu des documents déclassifiés du gouvernement britannique.

Le journaliste a déclaré que l’enquête serait suivie de près par les quelque 200 000 membres de la communauté tamoule, dont beaucoup ont fui à Londres pendant la guerre civile. Selon lui, ces réfugiés se souviennent avoir été la cible d’attaques d’hélicoptères dont beaucoup étaient pilotés par des mercenaires britanniques.

D’après la BBC, l'un des fondateurs de la société KMS, David Walker, aujourd’hui âgé de 78 ans, a d’ores et déjà démenti catégoriquement avoir été complice de crimes de guerre au Sri Lanka et se dit prêt à coopérer s’il est approché par les enquêteurs.