Royaume-Uni: le dictionnaire Oxford revoit sa définition de la "femme" jugée sexiste

Ambre Lepoivre
·2 min de lecture
(Photo d'illustration) Un dictionnaire français.  - FRED TANNEAU
(Photo d'illustration) Un dictionnaire français. - FRED TANNEAU

Le vocabulaire et la sémantique comme armes contre le sexisme. Au Royaume-Uni, le dictionnaire britannique Oxford a été sommé de revoir sa définition et les synonymes qu’il proposait, en ligne, de la femme. "Connasse", "femme de ménage", "greluche" ou encore "frêle" étaient initialement associés à la description du sexe féminin.

En outre, des phrases servaient, à titre d'exemple, à donner un contexte au mot: "Mme September représentera l’intelligente, mais non moins sexy, femme carriériste", "si ça ne fonctionne pas, elles peuvent devenir des femmes de rue".

Stigmatisations sexistes

Ces stigmatisations jugées sexistes avaient été largement décriées et dénoncées l'année passée, au point qu’une pétition exigeant leur révision avait été lancée en 2019 par l’Anglaise Maria Beatrice Giovanardi.

"Ces exemples décrivent les femmes comme des objets sexuels, des subordonnées", écrit-elle dans le texte qui accompagne sa pétition en ligne, signée à ce jour par plus de 34.000 personnes.

Maria Beatrice Giovanardi estime qu’il est possible de se prémunir contre le machisme, et plus précisément contre le harcèlement et les abus sexuels "en faisant attention à notre langage, et cela commence par le dictionnaire".

Termes inclusifs

Plus d’un an après le lancement de cette pétition, les Presses universitaires d’Oxford ont enfin revu leur définition en s’assurant qu’elle décrit les femmes "d’une manière positive et active", selon leurs propos rapportés par la chaîen américaine CNN.

"Nous avons élargi la couverture du dictionnaire de 'femme' avec plus d'exemples et d'expressions idiomatiques. Nous avons veillé à ce que les synonymes ou les sens offensants soient clairement étiquetés comme tels et inclus uniquement là où nous avons des preuves d'utilisation dans le monde réel", ont développé les Presses universitaires dans un communiqué.

Dans sa nouvelle description, la femme est notamment décrite comme "l'épouse, la petite amie ou l'amante d'une personne" et n’est plus rattachée, comme auparavant, à un homme. Les exigences citoyennes ont été entendues, avec l’espoir de poursuivre l’évolution positive de la place des femmes dans la société.

Article original publié sur BFMTV.com