Le Royaume-Uni demande à rejoindre l'Accord de partenariat transpacifique

par William James
·2 min de lecture
LE ROYAUME-UNI DEMANDE À REJOINDRE L'ACCORD DE PARTENARIAT TRANSPACIFIQUE

par William James

LONDRES (Reuters) - Le Royaume-Uni a soumis lundi une demande officielle d'adhésion à l'Accord de partenariat transpacifique (TPP), afin de bénéficier de nouvelles opportunités en matière d'échanges commerciaux et d'influence après sa sortie de l'Union européenne.

La ministre britannique du Commerce, Liz Truss, a déclaré qu'une adhésion à cet accord de libre-échange conclu par 11 pays du pourtour du Pacifique serait créateur d'emplois et placerait le Royaume-Uni "au coeur de certaines économies à la croissance la plus rapide au monde".

"Il est important que nous prenions position pour soutenir le multilatéralisme et le système commercial mondial, l'ordre fondé sur des règles a été trop affaibli", a-t-elle déclaré lors d'un entretien avec ses homologues japonais et néo-zélandais.

La candidature de Londres a été accueillie favorablement par les pays membres de l’accord commercial transpacifique, présidé actuellement par le Japon.

L'Accord de partenariat transpacifique, qui réunit le Japon, le Canada, l'Australie, le Vietnam, la Nouvelle-Zélande, le Singapour, le Mexique, le Pérou, le Brunei, le Chili et la Malaisie, supprime 95% des droits de douane entre ses membres.

Contrairement à l'UE, le traité transpacifique n'impose pas de législations à ses membres, ne vise pas à créer un marché unique ou une union douanière et n'implique pas une intégration politique poussée.

Le commerce entre le Royaume-Uni et l'ensemble des pays de l'accord de libre-échange transpacifique représentait 111 milliards de livres (125 ,5 milliards d'euros) en 2019, soit un peu moins que son commerce avec l'Allemagne sur la même période, et un peu plus d'un dixième de ses échanges avec l'ensemble de l'UE.

"Je ne m'attendrais pas à ce que cela transforme l'économie britannique", a déclaré James Kane, associé à l'Institute for Government.

(Version française Anait Miridzhanian)