Royaume-Uni : David Frost, le porte-flingue de Boris Johnson, monte sur le ring

·1 min de lecture

Depuis cinq jours, on n'entend que lui. Ex-négociateur pour la sortie de l'Union européenne, devenu depuis ­ministre du Brexit, David Frost sort les crocs pour défendre le nouveau cheval de bataille de son patron, le Premier ministre Boris Johnson : une renégociation du protocole nord-irlandais consécutif au divorce, jugé depuis mercredi "pas viable". Pour éviter le retour d'une frontière entre la province britannique et la République d'Irlande, les dispositions négociées créent une barrière douanière de fait entre cette région (qui bénéficie toujours du marché unique européen) et l'île de Grande-Bretagne.

Une mesure que le gouvernement britannique ne trouve plus à son goût, notamment parce qu'elle perturbe les approvisionnements du territoire et sème la colère dans la communauté unioniste, attachée au maintien au sein du Royaume-Uni…

L'enjeu des contrôles douaniers pour les biens britanniques

Dans ce nouveau bras de fer contre Bruxelles, le baron de 56 ans, qui a étudié l'histoire médiévale à Oxford, avant d'officier comme ambassadeur au Danemark puis comme dirigeant de la Scotch Whisky Association, incarne la caution droitière de Johnson.

"Frosty", comme le surnomme "BoJo", connaît désormais sa mission : faire en sorte que les biens britanniques destinés à la province, et non au marché européen, puissent y entrer "presque" sans contrôles douaniers. Ce à quoi l'Union européenne continue de s'opposer.


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles