Royaume-Uni : la COP27 vaut à Rishi Sunak le premier “gros rétropédalage” de son mandat

HENRY NICHOLLS / REUTERS

“Le jeudi 10 novembre, Downing Street avait déclaré que M. Sunak n’assisterait pas [à la COP27] en raison ‘d’engagements pressants au Royaume-Uni’. Mais lundi, le porte-parole du Premier ministre a assuré que la décision était ‘à l’étude’”, résume la BBC.

Si Rishi Sunak s’envole finalement pour l’Égypte, pour y retrouver notamment Emmanuel Macron et le président américain Joe Biden, ce sera “le premier gros rétropédalage” de son mandat, une semaine après sa prise de fonction, observe The Independent.

Downing Street avait invoqué la nécessité pour Rishi Sunak de se concentrer sur la préparation du budget, qui doit être présenté le 17 novembre. Mais le prétexte n’a convaincu personne, ni dans l’opposition, ni chez les ONG, ni même dans les rangs du parti conservateur. Facteur aggravant, pour les critiques du Premier ministre : la COP26 s’était tenue à Glasgow et à ce titre, le Royaume-Uni assure toujours la présidence de l’événement jusqu’au démarrage de la COP27.

Coût politique

Alok Sharma, parlementaire conservateur et président de la COP26, ne mâchait pas ses mots, dimanche, dans une interview au Sunday Times, se disant “très déçu” que M. Sunak ne fasse pas le déplacement à Charm El-Cheikh, et le mettant en garde contre une éventuelle sanction des Britanniques aux prochaines élections.

“Si vous regardez ce qui s’est passé lors des élections australiennes, ces derniers mois, l’une des raisons pour lesquelles les conservateurs ont perdu est que les gens avaient l’impression qu’ils ne prenaient pas le problème [du changement climatique] suffisamment au sérieux”, assure-t-il.

Le roi Charles III lui-même, “militant passionné des causes environnementales”, a remué le couteau dans la plaie, en annonçant ce week-end qu’il réunirait vendredi “quelque 200 chefs d’entreprise, décideurs et ONG pour marquer la fin de la présidence britannique de la COP26”, rapporte SkyNews.

La chaîne d’information rappelle que le roi avait fait part de son souhait d’assister à la COP27, mais que le gouvernement de l’ex-Première ministre Liz Truss lui avait respectueusement demandé de s’abstenir – une position confirmée par la nouvelle administration.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :