Le Royaume-Uni confirme l'extradition de Julian Assange aux Etats-Unis

Le gouvernement britannique a confirmé ce vendredi l'extradition du fondateur de WikiLeaks Julian Assange aux Etats-Unis, où il est poursuivi pour une fuite massive de documents confidentiels.

"En vertu de la loi de 2003 sur l'extradition, la ministre d'État doit signer une ordonnance d'extradition s'il n'y a aucun motif d'interdire l'ordonnance", a déclaré un porte-parole du ministère de l'Intérieur, confirmant que la ministre Priti Patel a signé le décret d'extradition de l'Australien de 50 ans.

Appel

WikiLeaks a dénoncé "un jour sombre pour la liberté de la presse" et annoncé que Julian Assange ferait appel devant la Haute Cour. Il a un délai de 14 jours pour le faire.

Des organisations de défense de la liberté de la presse, dont Reporters sans frontières et Amnesty international s'opposent à cette extradition, craignant que malgré les assurances des autorités américaines, Julian Assange soit soumis à des conditions d'isolement en prison qui aggraveraient un risque de suicide.

Il est réclamé par la justice américaine qui veut le juger pour la diffusion, à partir de 2010, de plus de 700 000 documents classifiés sur les activités militaires et diplomatiques américaines, en particulier en Irak et en Afghanistan. Il risque 175 ans de prison.

M. Assange est détenu depuis trois ans à la prison de haute sécurité de Belmarsh, près de Londres.

Les scénarios possibles

  • Si l'autorisation de faire appel est accordée, l'audience pourrait ne pas avoir lieu avant début 2023, a expliqué à l'agence PA Kate Goold, associée du cabinet d'avocats Bindmans et spécialisée dans les affaires d'extradition.

  • Même si l'appel est refusé, l'extradition pourrait être retardée pour des raisons de santé si Julian Assange "est trop malade, par exemple, s'il n'est en état de prendre l'avion".

  • M. Assange "a également la possibilité de faire appel de la décision d'extrader pour des motifs liés aux droits de l'homme si cela est nécessaire pour éviter une véritable injustice" a-t-elle avancé. Il pourrait saisir la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH), un processus susceptible de prendre plusieurs années.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles