Royaume-Uni : une coûteuse affaire de décoration intérieure embarrasse Boris Johnson

·1 min de lecture

Les polémiques s’accumulent autour du Premier ministre britannique dont la cote de popularité a aussitôt baissé. Un timing désastreux à une semaine d’élections importantes en Angleterre et en Ecosse.

C’est une crise inattendue qui secoue les murs du 10 Downing street. Le Premier ministre britannique Boris Johnson, certes réputé pour son interprétation très singulière de la constitution britannique et aussi parfois pour ses mensonges, est accusé d’avoir utilisé l’argent de donateurs privés et celui du parti conservateur pour financer la rénovation de son appartement. Une pratique éthiquement douteuse et illégale, surtout que le montant en question pourrait s’élever à 200 000 livres, selon la presse britannique (soit 232 000 euros).A l’origine de ces choix dispendieux - les plus élevés depuis les rénovations opérées par l’ancien Premier ministre travailliste Tony Blair - : l'incapacité présumée de Boris Johnson à dire non à tout ce que Carrie Symonds, sa compagne, lui demanderait. " Le coût est totalement hors de contrôle, elle achète du papier peint fait d’or ! " s’est-il plaint à des collaborateurs au début de l’année dernière, selon le tabloïd The Daily Mail. Avant d’indiquer que les rénovations s’élèvent " à des dizaines de dizaines de milliers (de livres sterling, Ndlr) – je ne peux pas me les permettre ! " Un hashtag a même émergé sur les réseaux sociaux depuis la révélation de l'affaire : #CarrieAntoinette, allusion à la dispendieuse Marie-Antoinette.Boris...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

États-Unis : "Les élus républicains sont toujours paralysés devant l'influence de Donald Trump"

Après les États-Unis, bientôt la fin du port du masque en extérieur en France ?

Plus de 90% des journalistes de "20 Minutes" en grève, opposés aux suppressions de postes

Plan de relance : à la traîne, Berlin et Paris refusent la comparaison avec les États-Unis

Royaume-Uni, Allemagne, Suisse : doutes sur l'efficacité des autotests à l'étranger