Royaume-Uni : cinq candidats désormais en lice pour succéder à Boris Johnson

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
© Niklas Halle'n, AFP
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

À l'issue du deuxième tour du scrutin pour choisir le successeur du Premier ministre Boris Johnson, le ministre britannique des Finances Rishi Sunak a de nouveau été placé en tête, jeudi, par les députés conservateurs, devant la favorite des sondages Penny Mordaunt.

Le ministre britannique des Finances Rishi Sunak a de nouveau été placé en tête par les députés conservateurs, jeudi 14 juillet, lors du deuxième tour du scrutin interne pour choisir le successeur du Premier ministre Boris Johnson, devant la favorite des sondages Penny Mordaunt.

Rishi Sunak, 42 ans, a recueilli 101 voix, devant Penny Mordaunt (83 voix) et la ministre des Affaires étrangères Liz Truss, troisième avec 64 voix.

L'attorney general, chargée de conseiller juridiquement le gouvernement, Suella Braverman (27 voix) a été éliminée, tandis que l'ex-secrétaire d'État à l'Égalité Kemi Badenoch, le président de la Commission des Affaires étrangères Tom Tugendhat restent en course, avec respectivement 49 et 32 voix.

D'autres tours de vote sont prévus, la semaine prochaine, pour désigner les deux finalistes avant la trêve parlementaire du 21 juillet. Ils seront départagés lors d'un vote par correspondance réservé aux seuls adhérents du parti, dont le résultat doit être proclamé le 5 septembre. Ils étaient 160 000 à avoir pris part au vote en 2019.

Une semaine après l'annonce de la démission de Boris Johnson, emporté par des départs en cascade au sein d'un gouvernement lassé par les scandales, Penny Mordaunt, ancienne ministre de la Défense de 49 ans, battrait tous ses rivaux dans un duel final, selon un sondage YouGov.

>> Royaume-Uni : Boris Johnson, la machine à scandales

Anti-woke

Si à la droite du parti, les critiques se concentraient jusqu'à présent sur Rishi Sunak, certains dénonçant un "socialiste" responsable de la chute de Boris Johnson, c'est vers Penny Mordaunt que les coups se portent désormais.

Dans une campagne au vitriol, certains Tories l'accusent désormais d'avoir des positions trop "woke", en ayant déclaré que "les femmes trans sont des femmes", quand elle était secrétaire d'État à l'Égalité.

Depuis qu'elle est candidate, Penny Mordaunt a pourtant complètement changé son discours, tentant même une plaisanterie transphobe lors de son meeting de lancement mercredi.

"Je crois que c'est Margaret Thatcher qui avait dit que tout le monde avait besoin d'un Willie (Whitelaw, le numéro 2 de l'ancienne Première ministre). Une femme comme moi n'en a pas", a-t-elle affirmé, sous les éclats de rire. En anglais, "willy" signifie aussi pénis.

David Frost, l'ancien négociateur du Brexit, a lui remis en question ses qualités professionnelles quand elle travaillait pour lui, émettant sur la chaîne Talk TV de "sérieuses réserves" sur sa capacité à diriger le pays.

Certains conservateurs la voient malgré tout comme la meilleure option pour tourner la page de l'ère Johnson et son lot de scandales. Mais seul 11 % des Britanniques sont capables de la nommer en voyant son visage, selon une étude Savanta ComRes. Certains la confondent même avec la chanteuse Adele.

Autre candidate sérieuse, la cheffe de la diplomatie Liz Truss a lancé jeudi sa campagne, soutenue par le camp Johnson. "Je vais faire campagne telle une conservatrice et je gouvernerai telle une conservatrice", a déclaré la ministre de 46 ans qui n'a pourtant pas enregistré jeudi lors du nouveau tour de votes le rebond décisif espéré par report de voix.

Avec AFP

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles