Royaume-Uni: un centre d'accueil de migrants au cœur de la première crise du gouvernement Sunak

AP - Gareth Fuller

En plus de la crise économique, le gouvernement britannique doit faire face aux critiques sur sa politique migratoire : samedi, un millier de migrants sont arrivés sur les côtes anglaises et l’année 2022 a déjà battu le record de l’année dernière.

De notre correspondante à Londres,

Le système d’accueil des migrants est déjà saturé. Il n'y a pas assez de ressources humaines pour faire face aux arrivées. Et c’est la situation d’un centre d’accueil en particulier qui inquiète les ONG et une partie de la classe politique : le centre de Manston, situé dans une ancienne base militaire dans le Kent, à l’est de Londres. Ce centre a ouvert au début de cette année et ce n’est pas un centre d’hébergement à proprement parler. Les personnes qui arrivent à Douvres, au sud de l’Angleterre, y sont acheminées pour y être réorientées, vers des hôtels, par exemple, à travers le pays.

Manston doit pouvoir accueillir jusqu’à 1 600 personnes pour cinq jours maxima. Or, il semblerait que le centre soit largement surpeuplé – 3 000 à 4 000 personnes, selon les sources –, avec des familles contraintes de dormir à même le sol pendant plus d’un mois. Plusieurs cas de diphtérie et de rage ont été rapportés.

La ministre de l'Intérieur en question

Ces conditions affligeantes se sont aggravées ces dernières semaines. Depuis environ huit semaines, ce qui correspond à l’arrivée au ministère de l’Intérieur de Suella Braverman. Cette conservatrice dure est obsédée par la mise en œuvre du partenariat migratoire de délocalisation du système d’asile vers le Rwanda.


Lire la suite sur RFI