Royaume-Uni: le budget présenté apparaît moins mauvais que ce que craignaient les Britanniques

AP - Kirsty Wigglesworth

Le gouvernement britannique a présenté, jeudi 17 novembre, ses traditionnelles mesures fiscales d’automne, avec cette année des défis additionnels : une inflation à plus de 11%, la récession qui arrive, la crise énergétique. Le ministre de l’Économie augmente les impôts et baisse les dépenses publiques, pour réaliser 55 milliards de livres d’économies. Mais c’est finalement un budget moins mauvais que ce que craignaient les Britanniques.

Avec notre correspondante à Londres, Émeline Vin

La bonne nouvelle de ce budget : les retraites et les allocations vont augmenter en lien avec l’inflation. Kathleen, ancienne fonctionnaire, soupire de soulagement : « Je pensais vraiment qu’ils allaient nous sacrifier, nous sommes une cible facile. Nos pensions vont augmenter de 10%. Ça fait plaisir : tous les mois maintenant, je dois puiser dans mes économies, alors j’espère pouvoir remettre un peu d’argent de côté. »

► À lire aussi : Royaume-Uni: le ministre de l’Économie dévoile un budget d'austérité

Le pire reste à venir

Pour stimuler l’immobilier, moteur de l’économie, le gouvernement prolonge aussi ses aides à l’achat d’une première propriété.

Mais Michael Petherbridge, gérant d’une agence londonienne, reste plutôt pessimiste. « Vu les difficultés que rencontrent les primo-accédants, toute aide est la bienvenue, dit-il. Mais nous regardons surtout les taux d’intérêt, et on nous annonce de nouvelles augmentations considérables. Ça restera difficile pour les acheteurs. »


Lire la suite sur RFI