Royaume-Uni: le Brexit, un véritable casse-tête administratif pour les couples mixtes

·1 min de lecture

Pour les couples de Britanniques et d’Européens qui vivent sur le continent, le Brexit est devenu un vrai casse-tête administratif. Les familles ont jusqu’au 29 mars 2022 pour déménager au Royaume-Uni si elles veulent que le conjoint britannique obtienne le Settled Satus, ce statut qui permet aux Européens de conserver leurs droits d’avant le Brexit.

De notre correspondante à Londres, Chloé Goudenhooft

Être marié à un ou une Britannique ne sera plus suffisant pour aller s’installer au Royaume-Uni. A partir du 29 mars 2022, les époux européens devront satisfaire certains critères pour être autorisés à suivre leur compagnon dans le pays.

Nick est un ingénieur britannique à la retraite. Il vit avec sa femme espagnole en Allemagne. Ils ont décidé de précipiter leur retour au Royaume-Uni pour éviter le coût des visas et les tracasseries administratives. Mais pour que leur fils de 16 ans puisse finir sa scolarité en Allemagne, ils devront vivre à cheval entre les deux pays.

►À lire aussi: Comment un couple italo-britannique vit le Brexit ?

« Je vais revenir vivre en Angleterre, nous allons aussi faire venir Diana, ma femme, et essayer d’obtenir le Settled status avant mars. Mais entre nous deux, nous voyagerons entre l’Angleterre et l’Allemagne pour que l’on puisse s’occuper de notre fils pendant qu’il finit ses études secondaires », explique-t-il.

Passé le 29 mars, pour que le conjoint britannique puisse obtenir un visa familial, il faudra que l’épouse ou l’époux européen gagne plus de 21 000 euros par an, indépendamment des revenus du partenaire. Cette situation posera problème à tous les couples qui veulent revenir vivre au Royaume-Uni alors qu’ils dépendent du salaire du conjoint européen.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles