Royaume-Uni: la baisse des taxes sur la bière pression déclenche la joie des députés

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·3 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

BREXIT - C’est au tour du Royaume-Uni de présenter son plan budgétaire post-Covid et post-Brexit. Devant le Parlement britannique, le Chancelier Rishi Sunak a dévoilé mercredi 27 octobre le budget pour les années à venir. Parmi les aides annoncées figure notamment la baisse des taxes sur la bière pression.

“Je peux annoncer aujourd’hui un “allégement de la pression”, a-t-il déclaré sous les cris de satisfaction réguliers des parlementaires britanniques, comme vous pouvez le voir dans la vidéo en tête d’article. Il induira un taux d’imposition plus faible sur la bière pression et le cidre.”

La baisse des taxes sur la bière et le cidre pression sera de 5%. “C’est la plus importante baisse sur le cidre depuis 1923”, a affirmé Rishi Sunak. Cette baisse s’appliquera à la bière et au cidre servis en fût ou en tonneau de plus de 40 litres dans les pubs, qui se remettent encore de la pandémie.

Simplifier les taxes sur les alcools

Cette mesure fait partie d’un plan plus large qui vise à simplifier les taxes sur les alcools, pour passer à un système selon lequel “plus la boisson est forte, plus la taxe est élevée”. Les alcools forts seront soumis à des taxes plus élevées, mais les boissons plus légères, comme le vin rosé, bénéficieront donc de taux plus faibles.

Ces mesures “contribueront à mettre un terme à une époque de boissons bon marché et très concentrées qui nuisaient à la santé publique”, a déclaré Rishi Sunak, ajoutant que cette réforme n’était “possible que parce que nous avons quitté l’UE”.

Juste après l’allocution de Rishi Sunak, les actions des pubs britanniques ont enregistré un bond. Les actions de JD Wetherspoon ont augmenté de 5 %. Les actions de Marston’s ont gagné 6 %. Mitchells & Butlers a augmenté de 4 %, tandis que Young’s a gagné 1 %.

Quelques heures plus tard, le Premier ministre britannique Boris Johnson et Rishi Sunak ont visité une brasserie à Londres.

Une croissance plus forte que prévu en 2021

La prévision de croissance britannique est plus forte que prévu pour 2021, mais revue à la baisse pour 2022. La prévision de croissance pour 2021 est relevée à 6,5% contre 4% auparavant. Le pays devrait voir la hausse du PIB ralentir à 6% en 2022, un chiffre revu à la baisse par l’OBR par rapport à une précédente estimation à 7,3%.

Le ministre a avancé que le total des dépenses gouvernementales augmenterait de 150 milliards par an en valeur absolue d’ici l’exercice 2024-2025 hors effet de l’inflation soit selon lui “la plus forte augmentation globale de dépenses gouvernementales de toute législature de ce siècle”.

Taxe sur les carburants annulée

Le Royaume-Uni navigue entre reprise post-confinements, crise énergétique, inflation qui accélère et urgence climatique après une envolée historique de l’endettement, sans omettre une résurgence des cas de Covid-19 à propos duquel le ministre a prévenu de “mois difficiles à venir”.

“Avec les prix des carburants au plus haut en huit ans, je ne suis pas prêt à pressurer davantage les familles et les petites entreprises”, a-t-il notamment affirmé, avant d’annoncer qu’une hausse prévue d’une taxe sur les carburants était annulée.

Le gouvernement avait déjà annoncé un fonds de 500 millions de livres pour aider les ménages défavorisés à payer leurs factures d’électricité, chauffage et nourriture cet hiver, mais cette mesure faisait suite à une baisse des minimas sociaux.

À voir également sur Le HuffPost: Contre un “Polexit”, des dizaines de milliers de Polonais ont défilé dans les rues

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI:

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles