Royaume-Uni : après S&P, Fitch abaisse la perspective de la note du pays

Pixabay

Après les baisses d'impôts importantes annoncées par le gouvernement britannique le 23 septembre, l'agence américaine Fitch a baissé mercredi 5 octobre la perspective de la note du Royaume-Uni de "stable" à "négative", quelques jours après une décision similaire de l'agence S&P. Ces mesures prises pour favoriser la croissance "pourraient entraîner une hausse significative des déficits budgétaires à moyen terme", a indiqué Fitch dans son communiqué. L'agence de notation a maintenu sa note pour la dette souveraine du Royaume-Uni à AA-, un cran en dessous de celle de S&P. Mais la baisse de perspective signale le risque d'une dégradation de cette note si la situation économique du pays ne s'améliore pas.

Le paquet budgétaire "annoncé sans mesures de compensation ni évaluation indépendante de son impact sur les finances publiques, et le décalage entre les politiques fiscales et monétaires, étant donné les fortes pressions inflationnistes, ont eu, de l'avis de Fitch, des conséquences négatives pour la confiance des marchés financiers et la crédibilité du cadre politique", détaille l'agence. Liz Truss, arrivée à Downing Street début septembre, et son chancelier de l'Echiquier Kwasi Kwarteng avaient annoncé le 23 septembre un plan de soutien à l'énergie massif pour les ménages, accompagné de vastes baisses d'impôts. L'absence de chiffrage sur le montant du méga paquet budgétaire et de projections sur l'impact de ce plan de dépenses massif - sans réduction de dépenses envisagées et avec (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Bourse : CAC 40, Stellantis (Peugeot), Michelin, Hermès, Bitcoin, Pernod-Ricard… au programme de Momentum cette semaine
Aston Martin, montres... la vente aux enchères James Bond rapporte près de 8 millions d'euros
La Chine manque de pilotes de chasse pour ses porte-avions
Facebook : de nouvelles fonctionnalités pour customiser le fil d'actualités
Uber : l'ancien chef de la sécurité jugé coupable d'avoir caché une cyberattaque