Le Royaume-Uni accuse la Chine de cyber-malveillance envers des parlementaires

Le gouvernement britannique accuse la Chine de cyber-malveillance. Ce week-end, des sources gouvernementales laissaient présager dans la presse un discours musclé au Parlement, alors que le Premier ministre Rishi Sunak refuse de qualifier Pékin de « menace », préférant le terme de « défi majeur ». Le gouvernement s'est finalement montré plutôt réservé dans ses critiques.

Avec notre correspondante à Londres, Émeline Vin

Le vice-Premier ministre du Royaume-Uni, Oliver Dowden, a confirmé ce lundi deux cyberattaques en provenance de Chine entre 2021 et 2022 : le piratage du fichier électoral et des tentatives envers des parlementaires. « Le ciblage de parlementaires par des acteurs affiliés à des États étrangers est tout à fait inacceptable, a-t-il dit. Ces actions, claires et répétées, signalent des intentions hostiles de la part de la Chine. »

Deux « acteurs affiliés à la Chine » ont été sanctionnés. Tout cela, c'est trop peu pour Iain Duncan Smith, député conservateur lui-même visé par Pékin. « Pourquoi deux ?, questionne-t-il. Les États-Unis ont sanctionné plus de 40 personnes rien qu'à Hong-Kong, et nous zéro ! Nous devons changer notre politique étrangère. »

Oliver Dowden le promet : la nomination a été soumise à de rigoureuses vérifications. Pour sa part, la Chine dénonce néanmoins des calomnies.


Lire la suite sur RFI