Royaume-Uni : les étudiants étrangers réclament des visas plus longs

Photo www_slon_pics/Pixabay/CC

Une étude menée auprès de 100 000 étudiants internationaux par les analystes de QS Quacquarelli Symonds montre qu’une très large majorité d’entre eux, les deux tiers exactement, pourraient envisager d’étudier au Royaume-Uni si la durée du visa travail post-études était allongée, rapporte The Guardian. Les vice-présidents des universités britanniques demandent donc au gouvernement de le faire passer de deux à trois ans afin de rendre leurs établissements et par extension leur pays plus attractif, surtout après les chocs du Brexit et du Covid.

En 2012, le gouvernement de Theresa May avait supprimé le visa de travail post-études qui permettait aux étudiants internationaux de rester au Royaume-Uni pendant deux ans après l’obtention de leur diplôme. Le but était alors de réduire l’immigration. Absurde, selon The Guardian, puisque moins de 20 % de ces étudiants comptaient rester dans le pays à plus long terme.

Le visa de trois ans existe déjà en Australie

Ce visa a donc été rétabli en 2019 grâce à la pression des universités elles-mêmes, qui comptent sur les frais d’inscription plus élevés des étudiants internationaux. D’ailleurs, ces derniers contribueraient chaque année à l’économie britannique à hauteur de 30 milliards d’euros. Si le gouvernement refuse de prolonger leurs visas, les diplômés de 2019 pourraient être obligés de quitter le pays. Une situation regrettable car, “depuis que ce visa a été rétabli, en 2019, les établissements disent qu’ils ont pu atteindre leurs objectifs de recrutement de 600 000 étudiants internationaux avec une décennie d’avance”.

Selon le quotidien britannique, une extension de la durée de ce visa permettrait au Royaume-Uni de faire concurrence à l’Australie, qui permet aux étrangers diplômés dans le pays d’y rester pendant quatre ans. En 2018, l’Australie avait justement volé la deuxième place des pays les plus attractifs pour les étudiants internationaux au Royaume-Uni. Les étudiants indiens seraient parmi les principaux bénéficiaires de cette mesure.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles