Royaume-Uni: en Écosse, la mort d’Elizabeth II renforce les velléités indépendantistes

La reine Elizabeth II est décédée jeudi dans sa résidence royale en Écosse et sa dépouille reposera quelques jours à Édimbourg, la capitale écossaise, pour de derniers hommages avant de retourner à Londres pour ses funérailles. Son décès résonne différemment dans cette partie du Royaume-Uni, où la jeunesse rêve de plus en plus d’indépendance et de rejoindre l’Union européenne.

Avec nos envoyés spéciaux à Édimbourg, Clea Broadhurst et Jad El Khoury

Les routes d’Édimbourg sont barrées, la police veille, on sent que la ville en alerte : le cercueil de la reine Elizabeth va reposer ici quelques jours avant ses funérailles à Londres. Il quitte Balmoral pour Edimbourg ce dimanche matin par la route et doit arriver à Edimbourg dans l'après-midi avant son retour solennel, mardi à Londres, pour ses funérailles d'État le 19 septembre.

Fraser et Ian sont deux jeunes hommes qui rêvent d’une Écosse indépendante. S’ils sont attristés par la mort de la reine, la disparition du symbole ne les affecte pas. « Ce n’est pas un bon symbole, c’est un symbole britannique, oui, mais je pense qu’il fait plus de mal que du bien », opine Fraser. « On pourrait d’ailleurs argumenter que c’est davantage un symbole d’oppression et de différence de classes qu’autre chose. Démocratiquement, il fait plus de sens que l’Écosse soit indépendante », poursuit Ian.

Pour la jeune génération, pas de doute, il faut changer, évoluer, voire abolir la monarchie.


Lire la suite sur RFI