Rover Perseverance : des chercheurs lyonnais impatients d’étudier des échantillons de Mars

C'est la fin d’un long voyage, mais sa mission ne fait que commencer. Ce 18 février, après 470 millions de kilomètres parcourus depuis la Terre, l’astro-mobile Perseverance de la NASA va se poser sur Mars. De quoi susciter l’enthousiasme des 400 scientifiques du monde entier qui attendent de savoir si la vie a pu exister sur la planète rouge.#CapSurMars Le 18 février 2021, en partenariat avec le @CNES, suivez en direct l'atterrissage de @NASAPersevere sur #Mars et découvrez #SuperCam, un véritable couteau suisse pour analyser le sol martien➡ https://t.co/TWvsNLETzM#Mars2020 | #Thread ⤵⤵ pic.twitter.com/R1nnRorgtk — Centre national de la recherche scientifique (@CNRS) February 11, 2021Parmi eux, plusieurs géologues de l’Université Lyon 1. "Ça fait deux ans qu’on s’entraîne. On parle beaucoup de cet atterrissage. On a fait plein de scenario et là ça devient réel. Il y a de l’excitation", confie Cathy Quantin-Nataf. Ramener des échantillons martiens Perseverance est parti pour deux années de travail sur la surface de Mars. Son objectif : transmettre le plus d’informations aux chercheurs sur notre planète voisine. La première des trois missions prévues sur une dizaine d’années. "C’est la première étape ,celle du retour d’échantillons martiens. C’est quelque chose que l’on attend depuis des années dans la communauté parce qu’on étudie beaucoup Mars. D’abord avec des télescopes, puis des sondes spatiales mais on aimerait bien avoir des roches martiennes dans les mains", explique Erwin Dehouck de l’Université Lyon 1. Perseverance doit se poser ce 18 février à 21h55 précise, heure française. Un évènement à suivre en direct sur le site du CNRS.