Publicité

Les routiers «très inquiets» de la sortie du Mali, Burkina et du Niger de la Cédéao

Après l'annonce de la sortie du Mali, du Burkina Faso et du Niger de la Cédéao, les réactions s'enchaînent, avec la question des conséquences pour les transporteurs routiers ouest-africains au centre. Si les conditions et le calendrier de sortie de la communauté économique ne sont pas encore connus, tout le secteur des transports s'inquiète pour son avenir.

Libre circulation des personnes, des capitaux, mais aussi des biens : la Cédéao comporte de nombreux avantages pour les transporteurs routiers. Ces avantages risquent désormais d'être supprimés.

« Si on réinstalle le problème de visa, vous imaginez le temps qu’ils perdront au niveau des frontières ? Et puis, le visa ne sera pas gratuit, le coût des transports va augmenter, il y aura des pertes énormes sur le corridor, explique Emmanuel Abegnou, secrétaire général de la Confédération syndicale des travailleurs du Togo au micro d'Arthur Ponchelet du service Économie. Vraiment, nous sommes très inquiets. »

D'autant que le Mali, le Burkina Faso et le Niger sont des carrefours pour le transport routier ouest-africain.


Lire la suite sur RFI