Route du rhum : Gabart accroît encore son avance sur Joyon

Le Parisien avec AFP
Le trimaran Macif de François Gabart's peu après le départ de Saint-Malo

Alors que les deux skippers ont passé le Tropique du Cancer et mettent le cap sur la Guadeloupe, le trimaran Macif devance son poursuivant d’environ 150 milles.


En tête de la Route du rhum, vendredi, François Gabart (Macif) a accru son avance sur Francis Joyon (Idec Sport), à un peu plus de 1.200 milles de l’arrivée à Pointe-à-Pitre. A la fin du cinquième jour de course, alors que les deux skippers ont passé le tropique du Cancer et mettent le cap sur la Guadeloupe, il le devance d’environ 150 milles.

« Bon vendredi à tous ! Le jour se lève ici sur un alizé bien en forme… La Guadeloupe on arrive !!», a-t-il écrit dès le matin dans un message posté sur Twitter, sur une photo du lever du soleil et d’une mer quelque peu agitée.


Les deux maxi-trimarans - 32 m de long et 23 m de large - filaient autour de 30 nœuds (environ 55 km/h) au dernier pointage (12h45 heure française). En 24 heures, Gabart a accru son avantage sur Joyon d’une trentaine de milles.

Le vainqueur du Vendée Globe 2012-2013 entrevoit ainsi sa première victoire dans la catégorie reine de la Route du rhum, alors qu’il s’était imposé en 2014 en catégorie Imoca (monocoque 18, 28 m).

« On est dans l’alizé, ça avance pas mal. Il y a pas mal de vagues. Et on a toujours un peu d’avance sur Francis ! Il va falloir tenir à fond la caisse », a-t-il ajouté ans une vidéo postée vendredi matin.


« Il n’y aura plus de moments charnières d’ici dimanche soir, il faut exploiter les alizés au mieux », estime Guillaume Combescure, membre de son équipe technique. « La présence de Francis met du piment, c’est cool », ajoute-t-il.

Depuis le départ de (...)

Lire la suite sur LeParisien.fr

Fichage ethnique au PSG : la Ligue des droits de l’Homme porte plainte
Kylian Mbappé : «Je paie tous mes impôts en France»
Pour rester jeune, jouez au tennis de table
Rugby féminin : «On travaille pour les générations à venir»
Equipe de France : «C’est la dernière chance de Martial», prévient Mickaël Madar