Route du Rhum: Caudrelier poursuivi par Gabart à l'approche de la Guadeloupe

Lancés dans une course poursuite depuis plusieurs jours, Charles Caudrelier, en tête, et François Gabart, son premier poursuivant, s'approchent de la Guadeloupe grâce aux alizés et pourraient franchir la ligne d'arrivée mercredi.

Charles Caudrelier (Maxi Edmond de Rothschild), 48 ans, mène la 12e édition de la Route du Rhum depuis le coup de canon à Saint-Malo, mais François Gabart (SVR Lazartigue), détenteur du record du tour du monde en solitaire (42 j 16 h), est toujours sur ses talons avant le périlleux tour de la Guadeloupe.

L'avantage est pour l'instant à Caudrelier, à la barre du plus éprouvé des multicoques conçu pour voler de la classe Ultim (maxi-trimaran de 32 m de long pour 23 m de large).

Aux pointages de lundi 20H00 (19H00 GMT), Caudrelier était à 954 milles de l'arrivée (1.766 km).

Et derrière lui, à 101 nm (187 km), Gabart, marin de 39 ans qui file à toute vitesse dans son maxi-trimaran bleu ultra-moderne et controversé, dernier mis à l'eau dans la classe des géants des mers.

"Tout va bien, le rythme est plutôt intense (...) Je n'ai aucun plan miracle pour le doubler d'ici Pointe-à-Pitre. Il faut continuer à naviguer le plus proprement possible", a expliqué Gabart.

- Suspense -

Les deux navigateurs sont désormais dans les alizés, ces vents qui servent d'autoroute aux skippers de la Route du Rhum pour filer sans encombre jusqu'en Guadeloupe. Et l'écart est suffisamment serré pour que rien ne soit encore décidé.

"Je suis content, j'ai de l'avance. Même si j'arrive à la conserver jusqu'en Guadeloupe, le risque est de tomber dans un trou de vent (...) L'écart est quand même faible pour le tour de la Guadeloupe. On n'en est pas là encore mais si on garde cet écart-là, ça fera à peine deux heures et ce n'est pas grand chose. Dans un peu moins de deux jours, on y sera", a détaillé Caudrelier.

De son côté, Gabart sait plus que quiconque que l'arrivée sur l'île de la Guadeloupe est piégeuse. Lors de l'édition 2018, il était en tête avec une avance confortable sur le vétéran Francis Joyon (Idec Sport).

Mais en l'absence de vent, et avec un bateau endommagé, il s'était finalement fait dépasser et avait franchi la ligne d'arrivée avec sept minutes de retard sur Joyon, après sept jours de course...

Selon la direction de course, Charles Caudrelier pourrait atteindre la Tête à l'Anglais, entre 2H00 et 8H00 locales mercredi, soit entre 7H00 et 13H00 à Paris (06H00 et 12H00 GMT).

Après avoir atteint la Tête à l'Anglais, au nord de l'île, les navigateurs devront contourner l'île pour franchir la ligne d'arrivée. "Le temps de référence pour les Ultims pour faire le tour de l'île est de 6H30", a précisé lundi la direction de direction.

- Dalin facile -

En troisième position, Thomas Coville (Sodebo) pointe à 191 milles nautiques (353 km) et file lui aussi dans les alizés à plus de 30 noeuds (55 km/h).

Dans la catégorie-phare du célèbre Vendée Globe, les Imoca (monocoques de 18 m), le Normand Charlie Dalin (Apivia) continue de mener la flotte devant Jérémie Beyou (Charal) et Thomas Ruyant (LinkedOut).

"Tout roule à bord, le bateau est en parfait état, je n'ai jamais eu à ralentir pour gérer un problème technique. L'objectif des 24 prochaines heures est de réussir à trouver un trou de souris pour enfin glisser sous l'anticyclone et récupérer les alizés", a expliqué Dalin, à plus de 2.000 milles de l'arrivée.

La journée de lundi a également été marquée par un incendie à bord de l'Imoca de Fabrice Amedeo (Nexans – Art & Fenêtres) après une avarie. Le marin de 44 ans a été contraint d'abandonner son bateau, qui a sombré au large des côtes portugaises, et a été secouru. Le premier Imoca à couper la ligne est attendu lundi.

fd/elm