En Roumanie, le pape rend hommage à la diaspora et dénonce la corruption

Le pape François est arrivé vendredi 31 mai en Roumanie pour un voyage de trois jours. Dans son premier discours sur place, il n’a pas hésité à rendre un hommage appuyé à la diaspora.Avec notre correspondant à Bucarest,  Xavier Le NormandÀ peine arrivé en Roumanie, le pape François a immédiatement tenu à combattre les préjugés. « Je rends hommage aux sacrifices de nombreux fils et filles de la Roumanie qui, par leur culture, leur patrimoine de valeurs et leur travail, enrichissent les pays où ils ont émigré », a-t-il ainsi déclaré devant les autorités roumaines vendredi.Toutefois, le chef de l’Église catholique ne s’est pas tourné uniquement vers ceux qui ont quitté le pays. Il a ainsi dénoncé à mi-mots la corruption qui ronge le pays, rappelant la « noblesse » de faire passer le bien commun avant les intérêts privés.Pour ce 30e voyage hors d’Italie, le pape est aussi venu à la rencontre des orthodoxes roumains, relativement prêts à dialoguer avec les catholiques. L’ouverture, a-t-il déclaré devant leurs responsables, n’est pas un « danger ». Selon lui, il est donc nécessaire de dépasser les « attitudes stériles » qui enferment.Le souverain pontife profite bien sûr aussi de ce voyage pour aller à la rencontre des catholiques roumains. Samedi et dimanche il va donc quadriller le pays pour visiter les différentes communautés. Ce voyage s’achèvera dimanche soir par une rencontre avec des catholiques de la communauté rom.

Le pape François est arrivé vendredi 31 mai en Roumanie pour un voyage de trois jours. Dans son premier discours sur place, il n’a pas hésité à rendre un hommage appuyé à la diaspora.

Avec notre correspondant à Bucarest,  Xavier Le Normand

À peine arrivé en Roumanie, le pape François a immédiatement tenu à combattre les préjugés. « Je rends hommage aux sacrifices de nombreux fils et filles de la Roumanie qui, par leur culture, leur patrimoine de valeurs et leur travail, enrichissent les pays où ils ont émigré », a-t-il ainsi déclaré devant les autorités roumaines vendredi.

Toutefois, le chef de l’Église catholique ne s’est pas tourné uniquement vers ceux qui ont quitté le pays. Il a ainsi dénoncé à mi-mots la corruption qui ronge le pays, rappelant la « noblesse » de faire passer le bien commun avant les intérêts privés.

Pour ce 30e voyage hors d’Italie, le pape est aussi venu à la rencontre des orthodoxes roumains, relativement prêts à dialoguer avec les catholiques. L’ouverture, a-t-il déclaré devant leurs responsables, n’est pas un « danger ». Selon lui, il est donc nécessaire de dépasser les « attitudes stériles » qui enferment.

Le souverain pontife profite bien sûr aussi de ce voyage pour aller à la rencontre des catholiques roumains. Samedi et dimanche il va donc quadriller le pays pour visiter les différentes communautés. Ce voyage s’achèvera dimanche soir par une rencontre avec des catholiques de la communauté rom.