Roumanie: un ours tue une randonneuse de 19 ans, émotion dans le pays

Une nouvelle attaque d'ours a provoqué la mort d'une jeune randonneuse de 19 ans en Roumanie. "Je suis très inquiet et choqué par cet événement", a réagi le président Klaus Iohannis.

Une randonneuse de 19 ans a été tuée par un ours en Roumanie, une attaque qui a suscité ce mercredi 10 juillet une forte émotion dans ce pays où ces animaux s'aventurent de plus en plus hors des forêts. Un ours s'en est pris ce mardi à un couple sur un circuit de randonnée très populaire des Alpes de Transylvanie, au sud de la ville de Brasov (centre).

D'après les médias locaux, l'homme en a réchappé mais la femme a été entraînée par l'animal dans un ravin difficile d'accès.

La victime, originaire de Bucarest selon des sources judiciaires citées par les médias, a pu composer le numéro d'appel d'urgence mais le temps que les secours atteignent la zone en rappel, son corps a été retrouvé "malheureusement sans vie", selon un communiqué.

"C'était horrible! Nous n'avons pas été confrontés à une situation aussi grave depuis 10 à 15 ans", a déclaré un responsable à la chaîne de télévision Digi24.

L'animal, qui a attaqué également les sauveteurs, a été abattu. Des analyses devront désormais déterminer s'il avait la rage, ont précisé les autorités compétentes. Une enquête est aussi ouverte pour éclaircir les conditions dans lesquelles il a été tué.

Mercredi, le président roumain lui-même a réagi, depuis le sommet de l'Otan à Washington auquel il participe. "Je suis très inquiet et choqué par cet événement", a confié Klaus Iohannis, qui marchait justement samedi près de l'endroit où l'attaque s'est produite.

Le président a réclamé une loi "qui respecte les normes européennes, mais aussi la vie humaine", car "il y a trop d'ours, trop d'incidents, cela ne peut plus durer". Le Premier ministre Marcel Ciolacu a annoncé son intention de convoquer une session parlementaire extraordinaire pour débattre de nouvelles mesures de régulation.

Pour lui, si des interventions locales sont nécessaires pour limiter les risques, l'État "ne donnera toutefois pas son feu vert pour que chacun se sente libre de tirer sur des ours", une espèce protégée dans l'Union européenne.

Article original publié sur BFMTV.com