Il veut rouler sur une terrasse, des policiers du RAID en civil l'interceptent

·2 min de lecture
Action à Besançon (Capture écran Snapchat)
Action à Besançon (Capture écran Snapchat)

Grosse frayeur à Besançon. Alors qu’il se dirigeait vers une terrasse avec la ferme intention de percuter des clients, un homme a été intercepté par trois policiers du RAID.

Recherche, assistance, intervention, dissuasion : le RAID a une nouvelle fois bien porté son nom, lundi soir à Besançon. L’intervention de trois membres de cette unité d’élite a permis de maîtriser un homme au volant d’un Citroën Picasso, qui s’était engagé sur une zone piétonne et affichait l’intention de renverser une terrasse.

“Il ne faut pas boire ici”, en montrant l’église

“La voiture est arrivée en sens inverse depuis la Grande Rue”, raconte un témoin à L’Est Républicain. “Le conducteur a ensuite pris le passage où il n’y a pas de potelet métallique pour s’engouffrer sur la place piétonne”. Sur son passage, des jeunes filles ont à peine le temps de s’écarter pour ne pas être renversées par la voiture folle. “Il ne roulait pas très vite, mais il avançait droit sur la terrasse”, poursuit le témoin de la scène.

Le véhicule, un Citroën Picasso, vient alors percuter les premières tables de L’Iguane, le bar de la place bisontine. Des clientes doivent se sauver : “Nous étions juste à côté, nous avons eu vraiment peur !” Le conducteur, lui, semble dirigé par une idée fixe. Le premier témoin reprend : “Il nous disait : ‘Il ne faut pas boire ici’ en nous montrant l’église Saint-Pierre. Il semblait vraiment bizarre. Il était peut-être ivre ou drogué”.

Au commissariat avant l’hôpital psychiatrique ?

Non loin de la scène se trouvent par hasard trois policiers du RAID. Ils courent vers les lieux et maîtrisent facilement le chauffard. Puis attendent tranquillement leurs confrères du commissariat de Besançon, qui prennent le relais pour procéder à l’interpellation. Et emmener le forcené au commissariat.

Désormais, l’enquête va devoir cerner la personnalité du conducteur. Agé de 46 ans selon les informations de L’Est Républicain, il a subi des premiers tests d’alcool et de drogue, avant d’être soumis à une analyse de personnalité.