De Rouille et d'os (Arte) Jacques Audiard sur Marion Cotillard : "Elle seule sait à ce point-là se foutre à l’envers"

·1 min de lecture

Librement inspiré d’un recueil de nouvelles de Craig Davidson, le film s’ouvre sur un enfant endormi : « Son sommeil est parcouru de bruit et de fureur. Contrairement au livre, tableau d’un monde moderne vacillant, De rouille et d’os est un conte », précise Jacques Audiard. Une fable contemporaine, sans fée ni prince charmant, mais avec une sirène amputée et un boxeur aux poings fragiles. Ainsi, trois ans après l’univers carcéral d’Un prophète (2009), le metteur en scène ouvre le champ de sa caméra sur les paysages de la Côte d’Azur, cramés par un soleil au zénith. Il y place ses héros, qu’il regarde tomber, puis se relever.

À lire également

Marion Cotillard a cru être hantée par l'esprit de Piaf durant le tournage de La Môme (TF1 Séries Films)

Un mélodrame d’aujourd’hui

Ali (Matthias Schoenaerts) débarque du Nord, les poches vides, avec son fils de 5 ans. Il se réfugie chez sa soeur, Anna (formidable Corinne Masiero, pas encore capitaine Marleau), et décroche un job de videur dans une boîte de nuit. À la suite d’une bagarre, il croise Stéphanie (Marion Cotillard), princesse arrogante, qui aime être regardée. Ils échangent leurs numéros. C’est tout. D’ailleurs, ils n’ont rien en commun : lui est une force... Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi