Rouge baiser (France 5) : Les débuts difficiles de Charlotte Valandrey, "J’ai beaucoup pleuré"

·1 min de lecture

Paris, 1952. Fille d'immigrés polonais, Nadia a 15 ans. Elle milite avec ferveur aux Jeunesses communistes, ce qui ne l'empêche pas de flirter dans les cimetières avec les garçons du quartier, d'aimer Apollinaire et le cinéma américain. Lors d'une manifestation contre l'action du général Ridgway en Corée, elle est blessée par la police. Stéphane, un photographe qui couvre les événements, la recueille et l'emmène chez lui. Quand Nadia apprend qu'il travaille pour Paris-Match, qu'il est amateur de jazz et qu'il hante les caves de Saint-Germain-des-Prés, son enthousiasme diminue. Et pourtant, malgré tout ce qui les sépare, elle ne peut s'empêcher de s'éprendre de lui...

À lire également

Charlotte Valandrey quitte Demain nous appartient (TF1) : "Vous ne me reverrez plus" (VIDEO)

En 1985, cinq ans après Sophie Marceau avec La Boum, une nouvelle ado crevait l’écran pour ses premiers pas au cinéma. Dans ce joli film autobiographique, entre éducation sentimentale et émancipation idéologique, Charlotte prête son tempérament tout feu tout flamme à Nadia, une ardente militante communiste. Le tournage fut très conflictuel, et la réalisatrice Véra Belmont, terrible avec elle. "J’ai beaucoup pleuré", se souvient Charlo... Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi