Des rots de vaches vus de l'Espace

C'est une première : un satellite d'observation de GHGSat a identifié une ferme californienne grâce aux émissions de méthane en provenance de ses vaches ! Le but : surveiller et quantifier les émissions de gaz à effet de serre issues de l'agriculture. La contribution des vaches, en particulier, s'y trouve en pleine ligne de mire. En effet, ces bovidés émettent malgré eux une quantité astronomique de méthane, en raison de leur digestion lente — et ce qui en résulte, c'est-à-dire éructations et flatulences — qui ne représente que 5 % des émissions de méthane des vaches !

La ferme est ici clairement identifiée, chaque bovin pourrait presque se distinguer. © GHGSat
La ferme est ici clairement identifiée, chaque bovin pourrait presque se distinguer. © GHGSat

Une seule vache peut émettre à elle seule jusqu'à 500 litres de méthane par jour. Le méthane étant 25 fois plus puissant que le CO2, les éructations de vaches contribuent alors pour beaucoup — les chiffres dépendent de la méthode de calcul — aux émissions de gaz à effet de serre à l'échelle du pays, de l'ordre de quelques pourcents. Située aux États-Unis, la ferme ciblée par le satellite est, en outre, un « parc d'engraissement », c'est-à-dire une ferme d'élevage intensif, où sont présents de nombreux bovins, rapprochés les uns des autres et sans prairies autour pour absorber une partie du méthane émis. Selon GHGSat, en un an de fonctionnement, ce sont plus de 5.000 tonnes de méthane qui sont émises. De quoi alimenter 15.000 foyers si celles-ci pouvaient être capturées, puis stockées.

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles