Roselyne Bachelot : "Je me suis fait gauler une fois", l'ex-ministre sans filtre sur sa carrière

Elle disait pourtant en avoir fini avec la politique. Mais en 2020, sous le gouvernement de Jean Castex, Roselyne Bachelot se laisse convaincre et succède à Franck Riester en tant que ministre de la culture. Elle quitte ses fonctions deux ans plus tard, mais on apprend dans son livre qu'elle a bien failli rester. "J'avais pris la décision de partir (...) les agents du ministère avaient fait circuler une pétition pour que je reste ministre", explique Roselyne Bachelot à Télépro avant d'ajouter : "Quand Jean Castex m'a proposé de me coucher sur son testament auprès d'Emmanuel Macron, pendant une heure j'ai craqué (...) Encore aujourd'hui je me demande ce qui m'a pris. Je suis rentrée chez moi et je me suis dit : 'ma pauvre fille, tu as complètement pété les plombs !', alors je lui ai envoyé un message (à Jean Castex, ndlr) en lui disant : 'surtout, ne dis rien au président de la République, j'ai pas envie de continuer !'" Un moment de faiblesse qui pourrait se reproduire dans le futur ? "Vous savez, je me suis fait gauler une fois (...) je me dit que si j'y repartais, c'est qu'on irait vraiment mal, donc je ne nous le souhaite pas ni aux uns, ni aux autres !", explique Roselyne Bachelot. L'ancienne ministre ne ferme donc pas complètement la porte à un prochain retour au gouvernement.

[A LA UNE A 8H] Au lendemain des nominations surprise d'Eric Dupond-Moretti à la Justice et de Roselyne Bachelot à la Culture, Emmanuel Macron réunit le gouvernement de Jean (...)

Lire la suite sur Closermag.fr

Hommage national à Gisèle Halimi : malaise à l'Élysée après la lettre incendiaire d'un de ses fils
Nicolas Sarkozy en deuil : Carla Bruni annonce la mort de son père Pal
Gabriel Attal : "Décédé brutalement...", le ministre fait une révélation déchirante sur sa famille
Jérémy Ferrari : ce jour où il a été "battu" par un homme politique d'extrême-droite
"Un bout de la Saint-Valentin…" : cette petite phrase de Marlène Schiappa qui a terriblement gêné Cyril Hanouna