Roselyne Bachelot draguée par une religieuse à l'adolescence : sa surprenante confidence

·1 min de lecture

Depuis maintenant près de neuf mois, le port du masque est devenu une habitude pour les Français afin de limiter la propagation du coronavirus. Sur le terrain, les ministres n'y échappent pas lors de leurs déplacements et prises de parole si la distanciation sociale ne peut être respectée. Si à la télévision, le port du masque n'est pas obligatoire, Roselyne Bachelot était la seule à en porter un il y a encore quelques semaines sur le plateau de C à vous sur France 5. Mais, la ministre de la Culture n'aurait pas attendu la crise sanitaire pour porter un masque... Du moins, au sens figuré ! En effet, déjà dans les années 1960, une religieuse qui l'a côtoyée disait d'elle : "Roselyne, elle porte un masque !" Dans Madame Figaro, ce vendredi 12 février, Roselyne Bachelot a évoqué sa relation particulière avec cette religieuse : "Lorsque j'étais scolarisée à Sainte-Agnès, à Angers, au début des années 1960, une religieuse était tombée amoureuse de moi."

L'ancienne ministre de la Santé et des Sports sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy se souvient de cette religieuse, rencontrée durant son adolescence, qui n'hésitait pas à lui manifester ses sentiments : "Elle m'écrivait des petits mots d'amour qu'elle posait sur un mon lit avec une fleur", raconte la ministre dans Madame Figaro qui s'était vue attribuer un surnom marqué d'affection : "Mon petit masque courageux." À l'époque, cette relation ne l'a pas troublée, bien au contraire : "Ça me donnait un sentiment de puissance absolument (...)

Lire la suite sur le site de GALA

"Je n'étais pas à la hauteur" : les regrets de Julien Doré concernant ses dernières histoires d'amour
La chanteuse Pomme harcelée moralement et sexuellement" de ses 15 à 17 ans : son témoignage glaçant
Tahar Rahim : sa déclaration d'amour à Leïla Bekhti et leurs enfants
Meghan Markle soulagée : le face-à-face redouté avec son père n'aura pas lieu
Nicolas Sarkozy « agacé » par Valérie Pécresse : cet affront fait à son ex-ministre