Vous ronflez ? Voici pourquoi vous êtes plus à risque de cancer

Gênant pour soi et pour son entourage, le ronflement peut affecter durablement le sommeil et cacher des pathologies plus ou moins graves. Selon une nouvelle étude présentée ce lundi 5 septembre au congrès de l’European Respiratory Society à Barcelone, les personnes souffrant d’apnée obstructive du sommeil (AOS) courent un risque accru de cancer.

L’apnée du sommeil est un trouble du sommeil courant, causant une obstruction totale ou partielle des voies respiratoires pendant le sommeil. Environ 30% des Français de plus de 65 ans en souffrent. "De façon très concrète, pendant au moins 10 secondes, le patient ne respire plus du tout, il n’y a pas d’air qui entre dans son organisme", nous confiait dans un précédent article le Dr Yves-Victor Kamami, médecin ORL.

"On sait déjà que les patients souffrant d’apnée obstructive du sommeil ont un risque accru de cancer, mais il n’est pas clair si cela est dû à l’AOS elle-même ou à des facteurs de risque connexes de cancer, tels que l’obésité, les maladies cardiométaboliques et les facteurs liés au mode de vie", a reconnu le Dr Andreas Palm, chercheur à l’Université d’Uppsala et auteur principal de l’étude dans un communiqué. "Nos découvertes prouvent que la privation d’oxygène due à l’apnée obstructive du sommeil est indépendamment associée au cancer."

Considérer l’apnée du sommeil comme facteur de risque

Pour parvenir à ces résultats, les chercheurs ont suivi près de 4 200 (...)

Lire la suite sur Topsante.com

Ronflements : ils touchent aussi les femmes (et ce n'est pas anodin)
Pénurie de médecins : vont-ils devoir soigner après 65 ans ?
Peut-on conduire après avoir pris du CBD ?
CHIFFRES COVID FRANCE. Ce mercredi 7 septembre 2022 : cas, les infos du jour en direct
Cancer de la peau : cette découverte pourrait ouvrir la voie à un nouveau traitement contre le mélanome