Les ronfleurs auraient en fait un sommeil de bonne qualité, contrairement à leur conjoint

Wassila Djellouli
Journaliste lifestyle

Les ronflements ne seraient pas synonymes de “mauvais sommeil” et de fatigue en journée selon une nouvelle étude scientifique. Les recherches précédentes indiquant le contraire étaient biaisées...

Crédit Getty

Hormis pour la personne qui partage notre lit – qui peut très vite vivre un cauchemar – et pour notre capital séduction qui peut en prendre un coup, ronfler ne serait pas forcément un problème en soi. Contrairement aux idées reçues, cela ne nous empêcherait pas d'avoir un sommeil profond et réparateur. A tel point qu'il serait faux de penser qu'une personne ayant ronflé durant la nuit aura tendance à somnoler le lendemain. C'est en tout cas la conclusion d'une étude publiée récemment dans l'American Journal of Otolaryngology.

Les ronfleurs ne seraient pas plus fatigués que les autres

Pour cette dernière, les chercheurs ont demandé à des ronfleurs volontaires de porter durant une nuit un petit appareil comportant un micro, pour enregistrer la fréquence de leurs ronflements. Ces personnes devaient également évaluer leur niveau de somnolence durant la journée du lendemain.

Crédit Getty

Contre toute attente, les personnes ronflant beaucoup n'étaient pas plus fatiguées que les autres. Et leur particularité n'a en réalité eu aucune incidence sur leur nombre d'heures de sommeil et de réveils nocturnes. Mais attention, car ce résultat ne concerne pas ceux dont le ronflement est le symptôme d'une pathologie plus importante.

... sauf s’ils souffrent d’apnée du sommeil

Contrairement à la grande majorité des études précédentes qui ne s'embarrassaient pas de cette distinction, les chercheurs souhaitaient étudier ici uniquement les “ronfleurs simples”. D'un panel initial de 235 ronfleurs, ils sont passés à 74 participants en “éliminant” les personnes concernées par l'insomnie, l'apnée du sommeil, la narcolepsie et le syndrome des jambes sans repos. Des troubles qui ont eux de lourdes répercussions sur la qualité du sommeil et donc sur la fatigue en journée.

Et le résultat semble sans appel : les ronflements simples n'altèrent pas notre qualité de sommeil et de vie. Le ronflement "n'est pas lié à une mauvaise structure du sommeil ou à une somnolence subjective, tant que la personne ne souffre pas d'apnée du sommeil", a déclaré à ce sujet la chercheuse principale, Hisham Alshaer. Mais ce n'est pas une raison pour prendre à la légère les plaintes de l'entourage, qui lui, pourrait bien finir par manquer sérieusement de repos...

Notre objectif est d'assurer la meilleure expérience possible pour nos utilisateurs et de créer une communauté respectueuse de chacun. Nous travaillons à l'amélioration de cette expérience et pendant cette période, le module commentaires a la fin de nos articles n'est pas disponible. Merci de votre compréhension.