Ronflements, nuit blanche... Le sommeil vu par nos anciens

Au début du XIXè siècle, le ronflement est un signe de bonne santé qui « a lieu le plus souvent chez les individus robustes », indique le Dictionnaire des sciences médicales en 1820. Au fil du siècle, cette perception change. En 1895, dans son vaudeville La Consigne n’est pas de ronfler, Armand Bourgeois met en scène un célibataire qui refuse le mariage de peur de tomber sur une ronfleuse. Pourquoi un tel revirement ? « L’intolérance grandissante face au ronflement peut ainsi être considérée comme révélatrice de la modification des seuils de tolérance au bruit au sein même de l’espace d’habitation, construit comme un refuge face aux vacarmes de la ville moderne », précise Sophie Panziera, doctorante en histoire à l’université Paris-I. Désormais, le ronflement provoque des drames. En 1880, le journal L’Intransigeant rapporte l’histoire d’un cuisinier qui envoya à l’hôpital son voisin de chambre d’hôtel parce que celui-ci ronflait trop fort !

Peut-on réaliser nos voeux les plus chers en dormant ? L’inventeur américain Alois Benjamin Saliger en est persuadé. En 1927, il invente le Psycho-Phone, un phonographe qui joue des messages préenregistrés quand les gens dorment. D’après lui, ces suggestions influencent le comportement, selon le principe de l’hypnose. Vous êtes une âme esseulée à la recherche de l’amour ? Choisissez le programme Mating (en anglais « accouplement »), qui vous susurrera tout au long de la nuit : « J’ai une personnalité fascinante et attirante. Ma conversation (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Le jour où la France a signé l'armistice avec l'Allemagne nazie
Pourquoi le 11 novembre est-il férié ?
Faut-il détruire les anciens bunkers ?
Le nom des pays est-il féminin ou masculin ?
Qui fut le plus puissant souverain de l’Histoire ?