Rome et Alger renforcent leur coopération énergétique avec de nouveaux accords

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Le président algérien Abdelmadjid Tebboune a entamé ce jeudi une visite d'État de deux jours en Italie. L'occasion de resserrer les liens entre les deux pays méditerranéens en matière de livraison de gaz et d'électricité.

« Grâce à l’Italie, nous serons en mesure d’approvisionner l’Europe en électricité », s’est félicité Abdelmadjid Tebboune aux côtés de son homologue italien Sergio Mattarella, après leur rencontre au palais présidentiel du Quirinal. Un câble sous-marin est ainsi en projet entre les côtes algériennes et italiennes, rapporte notre correspondant à Rome, Éric Sénanque.

La visite du président algérien s’est ensuite poursuivie au palais Chigi, siège de la présidence du Conseil, où il a été reçu par Mario Draghi. L’occasion de signer de nombreux accords de coopération en matière énergétique.

Trois milliards de mètres cubes de gaz par an

L’italien Eni et l’algérien Sonatrach vont ainsi accroître le développement des champs gaziers en Algérie. Grâce au gazoduc Transmed, Alger devrait pouvoir exporter 3 milliards de m3 de gaz par an vers l’Italie, un pas essentiel pour Rome pour réduire sa dépendance au gaz russe. Eni et Sonatrach devraient travailler aussi sur la décarbonisation. Les deux entreprises ont annoncé le développement d’un projet pilote de production « d'hydrogène vert » sur le site d’un puits pétrolier qu’ils coexploitent dans le sud du désert algérien.


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles