Romane Serda revient sur son job de "mannequin cul" : "Il n'y a pas de sot métier"

·1 min de lecture

Dans son autobiographie A la vie à l'amour, parue le 7 octobre aux éditions Harper Collins, Romane Serda se dévoile au grand jour. Et elle espère montrer une nouvelle facette de sa vie, autre que celle de "femme de". Celle qui dressait un portrait amer de sa relation avec Renaud est en effet la maman d'un adolescent de 14 ans, Malone né de ses amours en 2006 avec Mister Renard, mais aussi chanteuse et comédienne.

Celle qui racontait récemment le viol qu'elle a subi à l'âge de 9 ans rappelle ainsi dans les colonnes du nouveau numéro de Voici différentes étapes de sa carrière. "J'avais déjà fait de la musique, collaboré avec les Scorpions ou travaillé avec Jean-Jacques Goldman... Je revenais de Londres où j'étais comédienne depuis six ans, je ne sortais pas de nulle part", déplore l'artiste qui considère que tout son "parcours a été nié" depuis l'officialisation de son histoire d'amour avec Renaud en 2003. "C'est surtout très injuste. Si j'avais épousé un boucher, ça aurait été plus facile pour moi", plaisante-t-elle.

Romane Serda, qui nous racontait combien elle était "dévastée" à chaque rechute de Renaud, a même été la star d'une sitcom française : "Pour ceux qui se souviennent, j'étais Marie dans L'Annexe, en 1993. Je m'étais retrouvée là suite à un casting. J'ai même pris des cours de théâtre avec Jacques Martin en personne. J'étais jeune, je bouillonnais d'envies, et il fallait bien que je gagne ma vie". La série avait été diffusée sur France 2 et racontait le quotidien d'une (...)

Lire la suite sur le site de Télé-Loisirs

Chimène Badi : en 17 ans de carrière, elle a bien changé (PHOTOS)
François Berléand : cette blague de son père qui l'a traumatisé
Yannick Noah papa poule : il danse au musée avec ses deux filles
Babeth Etienne, ex-femme de Johnny Hallyday, revient sur les infidélités du rockeur : "Un jour, il est parti roucouler "avec une amie" en Thaïlande"
Cindy Sander sauvée par son "prince charmant" Sébastien : "Sans lui, j'aurais sombré"