La romancière Chantal Thomas élue à l'Académie française au fauteuil de Jean d'Ormesson

·1 min de lecture

L'Académie française a élu Chantal Thomas au fauteuil de Jean d'Ormesson. La romancière et essayiste a été choisie au premier tour de scrutin et devient la dixième femme à faire son entrée sous la Coupole.

Les membres de l'Académie française ont procédé, jeudi 28 janvier à l'élection du successeur de Jean d'Ormesson, décédé en 2017, qui occupait le fauteuil n°12.

Ils ont élu la romancière et essayiste Chantal Thomas au premier tour de scrutin par 12 voix contre 3 pour le lexicologue Jean Pruvost et 1 pour le chanteur-compositeur Philippe Chatel. Seuls 24 académiciens ont pu participer au scrutin, dont 8 qui ont voté blanc.

Chantal Thomas devient à 75 ans la dixième académicienne de l'histoire depuis l'élection de Marguerite Yourcenar en 1980. Elle est une spécialiste du siècle des Lumières, avec des essais sur Sade, Casanova ou Marie-Antoinette.

"Elle est aussi l'auteur de nouvelles, de récits, de pièces de théâtre et de romans dont 'Les Adieux à la reine', ouvrage traduit en une vingtaine de langues, et pour lequel elle a obtenu le prix Femina 2002", a rappelé l'Académie sur son site internet.

Elle est une admiratrice du sémiologue Roland Barthes, qui avait dirigé sa thèse de doctorat consacrée à Sade, et du romancier et dramaturge autrichien Thomas Bernhard.

La candidature de Jean Pruvost, universitaire reconnu pour sa connaissance pointue de la langue française, avait été saluée par certains en dehors de l'Académie française. Il pourrait s'y voir représenter rapidement, puisqu'il reste six sièges vacants sur les 40.

Avec AFP