Photo exclusive : Romain Grosjean, le miraculé

·2 min de lecture

Au grand prix de Bahreïn, la Formule 1 de Romain Grosjean s’est brisée et embrasée. Paris Match est allé à sa rencontre.

Pas un seul cheveu roussi, il apparaît frais comme un jeune premier. Une main bandée et un léger boitillement, mais à part ça… « Je vais bien ! » clame Romain Grosjean. Souriant, le pilote de formule 1 vient d’apprendre qu’il n’aura pas besoin de greffe de peau. Il doit quand même passer dès le lendemain sur le billard. Pour un ligament arraché à sa main gauche lors du crash. Et des broches à retirer à la main droite, séquelles d’une ancienne fracture ouverte. « Demain, j’aurai les deux mains de Mickey », lâche-t-il, blagueur. « Romain est apaisé », décrypte Marion Jollès. La jolie brune, qui partage sa vie depuis treize ans, est soulagée. Le 29 novembre, elle a bien cru « devenir veuve ». Autour de son cou, accrochée à une chaîne à côté d’un cœur en cristal, l’alliance que les médecins ont dû retirer à Romain pour soigner ses brûlures.

Lire aussi:Romain Grosjean miraculé, les images de son accident spectaculaire en Formule 1

A le voir si fringant, personne ne soupçonnerait qu’il a survécu à un brasier de 700 °C. Grâce au travail effectué avec sa psychologue, Meriem Salmi, il n’a ni cauchemars ni angoisses. « Juste un flash-back », il y a deux jours, reconnaît le rescapé. Prisonnier du cockpit en feu, il revit son sentiment que la fin est proche. « Mes muscles se relâchent. J’accepte mon sort. Je suis en paix. » Puis il pense à ses trois enfants, à sa femme, à ses parents. « C’est eux qui m’ont fait réagir ! »...

MARION_ET_ROMAI (39)
MARION_ET_ROMAI (39)

Retrouvez la suite de ce reportage et nos photos exclusives de Romain Grosjean en famille dans Paris Match n°3737 et sur iPad.


Lire la suite sur Paris Match