"Rolexgate" au Pérou : démission massive de ministres

Le gouvernement péruvien a enregistré lundi de nombreuses défections liées au scandale des Rolex visant la présidente Dina Boluarte. Le ministre de l'Intérieur a en effet démissionné avant que cinq autres ministres ne fassent de même.

Au Pérou, six des 18 ministres du gouvernement ont annoncé lundi 1er avril leur démission, en pleine enquête contre la présidente Dina Boluarte pour des faits présumés d'enrichissement illicite liés à des montres Rolex qu'elle est soupçonnée de posséder.

"Je pars parce que je lui ai demandé et Mme (Boluarte) a accepté", a déclaré le ministre de l'Intérieur Victor Torres à la sortie du palais présidentiel et du conseil des ministres. En poste depuis le 21 novembre, il a invoqué des "problèmes familiaux".

Quelques heures plus tard, les ministres de l'Éducation, de la Femme, du Développement agraire, de la Production et du Commerce extérieur ont également annoncé leur départ.

Cette vague de démissions est survenue à la veille du vote d'investiture, par le Parlement, du nouveau Premier ministre Gustavo Adrianzen et de son gouvernement. En pleine nuit, la présidente Dina Boluarte a fait prêter serment aux six nouveaux ministres nommés en remplacement des partants.

Le gouvernement enregistre ainsi ses premières défections depuis que le scandale des Rolex a éclaté, le 15 mars. Ce jour-là, un site d'information local a publié une série de photos montrant Dina Boluarte portant différentes montres de luxe, qu'elle n'aurait pas mentionnées dans sa déclaration de biens, alors qu'elle était au gouvernement en 2021 et 2022.


Lire la suite sur FRANCE 24

Lire aussi:
Au Pérou, le domicile de la présidente perquisitionné pour des montres de luxe non déclarées
Au Pérou, la justice prolonge la détention provisoire de l'ex-président Pedro Castillo
La présidente péruvienne sommée de présenter à la justice les Rolex en sa possession