Roland-Garros : une occasion de "tester le pass sanitaire", estime Maracineanu

·1 min de lecture

Les tribunes sont certes clairsemées, mais il y a bien du public pour assister aux matchs de Roland-Garros. Le tournoi a débuté dimanche et donne un petit aperçu du retour à la vie normale. "On a la chance de pouvoir avoir près de 5.000 spectateurs dans la première phase de Roland-Garros. Et puis ensuite, on passera sur une jauge à 13.000 (le 9 juin), ce qui permettra d'optimiser", a salué la ministre des Sports Roxana Maracineanu lundi soir sur Europe 1.

>> Retrouvez toutes les interviews d’Europe soir en replay et en podcast ici

"Tester les nouvelles technologies de gestion de crise"

Pour pouvoir entrer dans l’enceinte de Roland-Garros, les spectateurs doivent être munis du fameux pass sanitaire : présenter un QR code pour justifier d’un test négatif de moins de 72 heures ou d’un vaccin (deux doses) contre le Covid-19. Est-ce un test grandeur nature de l'efficacité de ce processus ? "Tout à fait", a répondu Roxana Maracineanu.

"Il (le pass sanitaire) demande à être testé, à être validé aussi, parce qu'il y aura forcément un peu d'attente aux abords du stade. Il y aura besoin de mobiliser aussi des bénévoles ou des salariés de ces fédérations pour pouvoir permettre une entrée fluide. Mais c'est pour ça qu'on a aussi besoin des événements sportifs pour tester le pass sanitaire", a-t-elle insisté. "Nous avons besoin des organisateurs, des fédérations qui organisent des événements comme celui-ci pour tester les nouvelles technologies de gestion de la crise", a ajouté...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles