Roland-Garros : Serena Williams éliminée, Tsitsipas et Medvedev filent en quarts

·4 min de lecture

L'ex-n°1 mondiale Serena Williams a été éliminée, dimanche, en huitièmes de finale de Roland-Garros, par la Kazakhe Elena Rybakina. De son côté, le n°5 mondial, Stefanos Tsitsipas, a battu l'Espagnol Pablo Carreno (6-3, 6-2, 7-5), se qualifiant pour les quarts de finale de Roland-Garros. Pour rallier les demi-finales comme il l'a fait l'an dernier, il devra affronter le n°2 mondial Daniil Medvedev.

Serena Williams, ex-n°1 mondiale aujourd'hui 8e, a été éliminée, dimanche 6 juin, en huitièmes de finale de Roland-Garros par la Kazakhe Elena Rybakina (22e) en deux sets (6-3, 7-5) en à peine plus d'1 h 15.

À l'approche de ses 40 ans, l'Américaine voit sa quête d'une 24e couronne en Grand Chelem, qui lui permettrait d'égaler le record absolu de titres majeurs détenu par l'Australienne Margaret Court, s'évanouir une fois de plus. Pour son premier quart de finale en Grand Chelem, à 21 ans, Rybakina affrontera la Russe Anastasia Pavlyuchenkova (32e).

C'était la première fois depuis 2018 que Serena Williams était parvenue à se hisser en deuxième semaine de Roland-Garros.

Si la terre battue est la surface qui lui réussit le moins bien, les forfaits (Halep, Osaka), abandon (Barty) et éliminations précoces (Sabalenka, Svitolina, Andreescu) de nombreuses joueuses du top 10 avaient considérablement dégagé le tableau féminin.

Mais, en fin d'après-midi sur le Central, la championne américaine a été étouffée par les frappes sèches de Rybakina

Tsitsipas confirme son statut d'homme fort de la deuxième partie du tableau

Stefanos Tsitsipas a surmonté brillamment l'obstacle Pablo Carreno sans trembler. Le Grec a battu, dimanche 6 juin, l'Espagnol (6-3,6-2,7-5), 12e mondial et vrai spécialiste de terre battue, se qualifiant pour les quarts de finale de Roland-Garros.

Le n°5 mondial remporte ainsi son 37e match cette saison, dont 20 sur terre battue, plus que n'importe quel autre joueur depuis le début de l'année.

De son côté, après avoir remporté en patron les deux premières manches, à peine Tsitsipas a-t-il laissé Carreno le perturber le temps de quelques jeux au début du troisième set : l'Espagnol a fait le break d'entrée, allant jusqu'à mener 4-2, avant de voir revenir le Grec au jeu suivant. Ce dernier a ensuite repris sa marche en avant en prenant une nouvelle fois le service de son adversaire, avant de s'imposer en 2 h 07.

"Tout a bien fonctionné pour moi aujourd'hui. Je me sentais bien sur le court, la stratégie que j'ai adoptée s'est avérée payante, mon service était bon. Les matches avec un joueur tel que Pablo m'aident à sortir mon meilleur tennis", a déclaré Tsitsipas sur le court juste après sa victoire.

Déjà vainqueur cette année de deux titres sur ocre (Monte-Carlo et Lyon), le n°5 mondial confirme donc son statut d'homme fort de la deuxième partie du tableau parisien.

Les autres favoris, Rafael Nadal et Novak Djokovic, sont tous dans la partie haute, où se trouvait également Roger Federer avant de déclarer forfait dimanche après-midi.

Quart de finale contre Daniil Medvedev

Pour rallier, comme l'an dernier, les demi-finales à Roland-Garros, Stefanos Tsitsipas affrontera Daniil Medvedev, n°2 mondial mais qui n'avait jamais gagné le moindre match à Roland-Garros lors de ses quatre premières participations. Dimanche, ce dernier s'est hissé lui aussi en quarts de finale en battant Cristian Garin (23e) 6-2, 6-1, 7-5.

Après deux premiers sets facilement empochés, le match s'est resserré dans le troisième. Mais à 5-5, Medvedev a tenté et réussi deux magnifiques coups pour prendre le service de Garin et conclure sans broncher sur sa mise en jeu suivante.

"Je me suis dit qu'il fallait que je mette de la folie et les deux coups droits que je mets étaient monstrueux", a savouré le Russe.

Contre Tsitsipas, qu'il a battu six fois en sept rencontres, il s'attend à un "très bon match" entre deux joueurs qui ont mérité leur place à ce stade du tournoi. "Têtes de série n°2 et 5, on devait être en quarts. On était déjà en demi-finales en Australie", a souligné en français Medvedev, qui avait atteint la finale à Melbourne, avant de quitter le court Suzanne-Lenglen.

"J'espère que le public français sera de mon côté, que les gens se diront 'il parle français, il est sympa, allez !'", a-t-il lancé à l'adresse des spectateurs. Ces derniers se sont alors mis à scander son nom. "Mardi, s'il vous plaît, mardi !", leur a-t-il demandé, en référence à la date de son quart contre Tsitsipas.

Avec AFP