Roland-Garros : Roger Federer renonce à jouer son huitième de finale

·3 min de lecture

Après sa victoire sur l'Allemand Dominik Koepfer, Roger Federer a annoncé dimanche aux organisateurs de Roland-Garros qu'il renonçait à jouer son 8e de finale programmé contre Matteo Berrettini, Le joueur suisse âgé de 39 ans tente de revenir au plus haut niveau après une double opération du genou droit en 2020.

Pour son premier Grand Chelem depuis seize mois et dans le huis clos de la nuit parisienne, Roger Federer est sorti victorieux, dimanche 6 juin, d'un bras de fer de plus de trois heures et demie avec l'Allemand Dominik Koepfer (59e) pour se hisser en huitièmes de finale de Roland-Garros.

Dès la fin de cette rencontre disputée en nocturne, il avait laissé planer le doute sur la suite de sa participation : "Je dois décider si je continue à jouer ou non. N'est-ce pas trop risqué de continuer à tirer [sur son genou], n'est-ce pas le bon moment pour se reposer ?", s'est-il interrogé en conférence de presse.

La réponse est tombée quelques heures plus tard par l'entremise des organisateurs du Tournoi, qui ont annoncé qu'il ne jouerait pas le huitième de finale prévu lundi 7 juin contre Matteo Berrettini.

"Après avoir discuté avec mon équipe, j'ai décidé que je devais me retirer du tournoi de Roland-Garros aujourd'hui (dimanche, NDLR). Après deux opérations du genou et plus d'un an de rééducation, il est important que j'écoute mon corps et que je n'aille pas trop vite dans le retour à la compétition. Je suis ravi d'avoir gagné trois matchs. Il n'y a pas de meilleur sentiment que d'être de retour sur le terrain", a déclaré le Suisse, cité par les organisateurs.

Le silence du match à huis clos

Quelques heures auparavant, Le champion suisse avait exprimé sa satisfaction d'avoir réussi à battre Dominik Koepfer au terme d'un match très disputé. "C'était un match complètement à part. Ma première 'night session' à Roland-Garros, devant... personne", avait-il expliqué en conférence de presse. "Mais j'adore le tennis, j'aime jouer."

"Si ça avait été plein, je serais peut-être devenu plus nerveux à la fin. C'était peut-être le seul avantage du fait qu'il n'y ait eu personne ce soir : je suis resté mega calme", a-t-il confié. Lui qui n'avait encore jamais joué de match à huis clos, que la pandémie de Covid-19 a largement banalisé depuis presque un an, mais auquel il avait jusque-là échappé en raison de sa double opération du genou droit en 2020, se souviendra sans doute de sa première expérience.

"C'était un sacré match, avec beaucoup de rebondissements de tous les côtés", a souri Federer. "J'ai bien commencé, je me suis bien senti, j'aurais pu prendre le dessus plus franchement, mais il s'est bien battu, il m'a posé plein de difficultés. Ca fait plaisir d'avoir trouvé la solution", a-t-il ajouté.

L'ex-n°1 mondial, aujourd'hui 8e, a en effet entamé le match par le bon bout : même si, pendant longtemps, il n'est pas parvenu à transformer ses occasions, c'est lui qui a empoché la première manche au jeu décisif. Et même si les choses se sont ensuite compliquées pour le Suisse, il a réussi à dominer son adversaire, en gagnant finalement un point de plus que Koepfer (160 contre 159).

Avec AFP

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles