Roland-Garros : un an après son départ retentissant, Osaka «y pense encore»

© Adrian DENNIS / AFP

Un an après son retentissant retrait de Roland-Garros , quand elle s'était ouverte sur ses épisodes dépressifs, contribuant à faire émerger la question de la santé mentale des sportifs de haut niveau, Naomi Osaka est de retour à Paris. Non sans un fond d'inquiétude.

"Je n'ai pas aimé comment j'ai géré la situation"

"Je ne vais pas mentir : quand je suis revenue ici pour la première fois, j'étais très inquiète. Inquiète qu'il y ait des gens que j'ai, disons, froissés et de tomber sur eux. Aussi parce que je n'ai pas aimé comment j'ai géré la situation", avoue l'ex-N.1 mondiale et quadruple lauréate en Grand Chelem de sa voix toujours fluette et comme suspendue, inamovible casque audio sur la tête.

"Mais globalement, tout le monde a eu une réaction positive, je crois", perçoit-t-elle.

"J'étais aussi très inquiète de cette conférence de presse, parce que je savais que j'allais avoir beaucoup de questions à ce sujet", poursuit la Japonaise de 24 ans, sportive la mieux payée au monde.

Le sujet en question, c'est le tourbillon soulevé il y a un an par sa décision, accueillie à la surprise générale à quelques jours de l'édition 2021 de Roland-Garros, de ne pas y donner de conférence de presse pour préserver sa santé mentale.

"Je crois que ça va"

"Si les instances pensent qu'elles peuvent juste continuer à nous dire 'Allez en conf' ou vous aurez une amende', et à ignorer la santé mentale des sportifs qui sont la pièce maîtresse, alors je préfère en rire", lance-t-elle alors sur les résea...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles