Le roi et la reine de Thaïlande : même le Premier ministre rampe devant eux, cette vidéo déroutante

·1 min de lecture

Encore un nouveau scandale pour le roi de Thaïlande ! On avait déjà eu affaire à des images de la maîtresse Sineenat rampant devant Rama X et sa femme officielle Suthida. Les clichés avaient fait polémique mais ce n'est rien à côté de cette vidéo relayée par le journaliste Andrew MacGregor Marshall sur laquelle on peut voir le Premier ministre thaïlandais, Prayut Chan-ocha, ainsi que son cabinet ramper devant le roi et la reine. Une vidéo malaisante d'autant plus que se mettre à genoux est un signe de déférence envers le roi. Plus encore, cela montre les dérives absolutistes de la monarchie thaïlandaise qui sont dénoncées par la population.

Le roi Rama X doit faire face à la colère de son peuple, aux articles du monde entier qui relayent ses frasques comme ses excursions en hélicoptères en Allemagne ou son harem de femmes, mais doit aussi composer avec la guerre qui fait rage entre la reine Suthida et la première concubine du roi, Sineenat Wongvajirapakdi. En effet, le 22 octobre dernier, le roi de Thaïlande a répudié cette femme qu'il accusait de "déloyauté" à son encontre. Elle se serait opposée au mariage royal et "agi contre la position" de la reine Suthida, "en vue de servir ses propres ambitions".

En Thaïlande, voilà plusieurs mois que la colère gronde ! La population ne supporte plus les dérives de son roi et le somme de démissionner. Alors que les manifestations à l'encontre du pouvoir sont interdites et condamnables, nombreuses sont les personnes à risquer leur vie pour (...)

Lire la suite sur le site de GALA

VIDEO - "Vous savez ma crainte ?" : chez Pascal Praud, le maire d'Orléans retient ses larmes
VIDÉO - François Hollande amusé par une anecdote sur la taille de Nicolas Sarkozy
Christophe : son fils Romain poste une touchante vidéo avec sa mère Michèle Torr
VIDÉO - François Hollande met les points sur les i après son aparté avec Emmanuel Macron
Olivier Véran "fait ce qu'il peut" : Pierre Arditi le défend bec et ongles