Rofrane Bambara (Familles nombreuses) fracasse deux profs après la déscolarisation de ses enfants, "Vous êtes pitoyables"

On le sait, Rofrane Bambara n'a pas la langue dans sa poche. Cette semaine, la maman de quadruplés a dévoilé qu'elle comptait déscolariser ses enfants jusqu'à la fin de l'année. "Vous avez vu que les enfants n'étaient pas à l'école... Pour être très honnête, je pense que les enfants n'iront plus à l'école jusqu'à ce qu'on trouve une solution. On attend des nouvelles de l'académie, de l'école... Histoire de voir ce qu'on fait, ou ce qu'on ne fait pas. Donc ça va être comme ça" avait-elle expliqué.

"Vous êtes juste envieux, aigris et pitoyables"

Ce n'est pas la première fois que celle qui a dévoilé son budget vêtements pour ses quadruplés se plaint de problèmes à l'école. Et ce mardi 31 mai 2022, elle a poussé un nouveau coup de gueule en story Instagram. "Ma réussite à moi est là, et je ferai en sorte de leur inculquer la tolérance, la bienveillance, le respect le partage, chose qu'en tant qu'enseignants, vous n'avez pas" écrit-elle en légende d'une photo de ses filles, avant d'ajouter : "A ces deux enseignants qui regardent mes stories et qui jasent à l'école et se réjouissent que nos enfants n'y aillent plus. Si vous mettiez plus de passion dans votre travail, plus d'humanité et surtout plus de bienveillance, plutôt que nous suivre sur les réseaux, vous seriez de bien meilleurs enseignants et de bien meilleurs personnes". "Mais bon, vous êtes juste envieux, aigris et...

Lire la suite


À lire aussi

Rofrane Bambara (Familles nombreuses) : son budget hallucinant pour les vêtements des quadruplés
Rofrane Bambara (Familles nombreuses) malade : "Une simple grippe m'a laissée des lésions au cerveau"
Familles nombreuses la vie en XXL : Les Bambara quittent le programme, et pas par envie

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles