Rodéo urbain à Pontoise : un phénomène qui inquiète de plus en plus les autorités

© Riccardo Milani / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP

Deux enfants ont été violemment percutés vendredi soir par un homme à moto qui s'adonnait à un rodéo urbain à Pontoise. L'individu, qui s'est présenté au commissariat le lendemain et a reconnu les faits, sera présenté dans la journée devant le parquet de Pontoise. Ce drame met encore une fois en avant les dangers de cette pratique.

Deux enfants de 10 et 11 ans, qui jouaient devant chez eux, ont été violement percutés vendredi soir par une moto lors d'un rodéo urbain à Pontoise dans le Val-d'Oise. Le conducteur de l'engin, un jeune homme de 18 ans, s'est rendu au commissariat le lendemain et a reconnu les faits. Il sera ce lundi présenté devant le parquet de Pontoise. Ce phénomène, de plus en plus répandu, depuis début avril, 534 interventions ont été recensées pour rodéo urbain dans ce département, inquiète les autorités.

"Un sentiment de révolte"

La fillette, dont le pronostic vital est engagé, présente "un traumatisme crânien". Le petit garçon souffre lui de plusieurs fractures. Ce drame met une fois encore en avant les dangers que représentent ces rodéos urbains. "C'est un sentiment de révolte. On commence à avoir des débordements et j'ai peur que ces deux enfants ne soient que le début. Il faut revenir aux fondamentaux : une faute, une punition", lance François Daoust, adjoint à la sécurité de la mairie Pontoise, exaspéré.

>> Retrouvez Europe Matin en replay et en podcast ici

"La foudre risque de tomber sur eux"

L'inquiétude se fait aussi ressentir du côté des forces de l'ordre. "Aujourd'hui, la peine prévue au code pénal est un an d'emprisonnement, sauf qu'elle n'est jamais décernée à l'encontre de ces délinquants", regrette François Bersani, porte-parole du syndicat Unité SGP Police Île-de-France, qui demande lui plus de sévérité.

>> À ÉCOUTER - Rodéo urbain sauvage : la police est-ell...

Lire la suite sur Europe1

VIDÉO - Les parents de Mathis, 8 ans, mort lors d'une course de moto, se souviennent de "sa joie de vivre"