Rock en Seine : The Cure en majesté, le rock en beauté

Yann Bertrand

Leur nom a été annoncé en premier, il y a dix mois, une éternité, preuve que pour Rock en Seine, qui essaie d'attirer la bande de Robert Smith depuis la première édition il y a 16 ans, la présence de The Cure cette année est un événement.


Evénement et exclusivité surtout, tant recherchée par les festivals dans un secteur très concurrentiel. A côté du groupe mythique, le rock se redéploie cette année, avec Foals, Johnny Marr, Deerhunter, Balthazar, Royal Blood ou Eels.


L'année dernière, le festival avait misé sur PNL pour remplir sa première soirée : raté, moins 20.000 spectateurs sur les trois jours, même si pour Sarah Schmitt, la directrice de Rock en Seine, il faut nuancer: "L'année dernière il y avait tout de même Liam Gallagher, Idles, The Black Angels, on ne peut pas dire qu'il n'y avait pas vraiment de rock, le vendredi a un peu masqué le reste de la programmation". Avec Major Lazer, Jorja Smith, Alpha Wann ou Aphex Twin, la cible est effectivement plus large. Sachant (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi